Archive | mars 2012

Les ingénieurs de la DDE sont des hommes

Vous qui lisez ce titre, vous vous dites surement que je vais parler de parité ou d’inégalité entre homme et femme. Pas tout à fait.

Celles qui portent des talons vont comprendre cette question: pourquoi les trottoirs ne sont-ils pas droit et lisses?!!!! Que celle qui ne s »est jamais tordu la cheville en se promenant en ville avec des talons m’explique comment elle fait.

Les hommes vont me dire que ce n’est qu’une question d’entretien de la voirie, que les trottoirs subissent des soulèvements à cause des racines des arbres, que les sorties de garage doivent être en pente…

 

Certes. Mais les trottoirs sont souvent refaits, pour cause de travaux et ne sont jamais refaits droits. D’où ma déclaration : les ingénieurs de la DDE sont des hommes!Ils marchent en basket eux, ça aide. S’ils avaient ne serait-ce qu’une seule fois marché sur leurs trottoirs avec des talons, ils demanderaient fermement aux techniciens de faire attention au « lissage ».

Trottoir bien lisse

Je pourrais parler également des personnes âgées qui vont faire leur course et qui rentrent péniblement chez eux, tout de guingois. Ou des tout petits qui chutent à cause de l’irrégularité du sol.

Alors non ce n’est pas dramatique, mais c’est une petite gêne quotidienne qui a tendance à me mettre de mauvaise humeur dès le matin.

Je devrais peut-être acheter un vélo…

Vas-y pédale!

Publicités

Envie d’un burger?

Le soleil est là, je me sens revivre. Qui dit soleil, dit terrasse! J’en connais une qui vous donne l’impression d’être dans une petite ville de province. Celle du QG à Boulogne-Billancourt. Elle se situe face à une charmante église, dans une petite rue tranquille. A l’intérieur, où la décoration est soignée, la meilleure place est à côté de la fenêtre qui donne sur la cour.

Le QG est un restaurant américain, avec des burgers épais et des frites excellentes. Il existe plusieurs variétés et on peut déguster une nouvelle composition de burger chaque jour. Si vous avez de l’appétit, n’hésitez pas à tester les desserts, made in USA.

QG, 7 rue de l’Eglise, 92100 Boulogne-Billancourt

 

Les Français sont sondés

Pas un jour, depuis le début de la campagne présidentielle, sans qu’on nous parle de sondages à la télévision, dans les journaux, à la radio ou sur le Net. Les Français sont sondés tous les jours, d’après ce que l’on voit, sur leur intention de votes. Et les résultats sont présentés comme révélateur de la pensée de millions de Français. C’est bizarre, moi on ne m’a jamais demandé mon opinion? Vous, oui?

Quand on suit la courbe d’évolution des intentions de votes, on remarque que les Français sont de vrais girouettes. Il suffit d’un évènement mineur pour que le candidat préféré le soit moins. On oscille gentiment entre la droite et la gauche. Les français n’ont-ils pas de conviction profonde? Je veux bien croire que certains soient dégoutés de la politique actuelle, mais de là à changer de façon de voir… Alors les sondages sont-ils vraiment représentatifs de la pensée française? A-t-on vraiment besoin de connaitre au jour le jour quel candidat a les faveurs (éphémères?) des Français? Moi je ne comprends pas comment on peut se baser autant sur ces sondages. Par exemple, avant le 19 Mars 2012, on parlait de temps de parole équilibré entre les candidats. Or ils n’avaient pas tous le même temps pour s’exprimer. Celui-ci était calculé en fonction des résultats des sondages. Cela privilégie forcément certains candidats au détriment des autres. Est-ce normal?

Sondage réalisé le 28 Février par Ipsos

De plus, je pense que ces enquêtes influencent le choix des français. En effet, si l’on voit que son candidat perd des points dans les sondages, on peut se dire qu’il vaut mieux voter utile et donc changer son vote pour un candidat qui a plus de point mais qui fait parti de la même sensibilité politique. Mais son choix ne correspond plus à ses convictions.

Enfin, voir que le candidat que l’on a choisi, en tête des sondages, peut donner un sentiment de « déjà gagné » qui dissuade d’aller voter. Pourtant rien n’est gagné avant le résultat des votes. Ne pas savoir permet une stimulation pour donner toutes les chances au parti choisi de gagner. Une façon d’éviter l’absentéisme des personnes sûres de voir leur candidat gagner?

Il me parait donc important de voter pour le candidat qui réunit nos idées sur la façon de gouverner, même si ce candidat est annoncé gagnant ou au contraire vaincu.

 

 

Les Juifs: une communauté à part?

A l’approche des élections présidentielles, parler politique devient vite délicat. J’avais donc décidé de ne pas vraiment aborder ce sujet, du moins de façon directe. Seulement la tragédie de Toulouse qui a fait 7 morts donc 4 Juifs et les répercutions qu’elle a eu me font réagir et donc me donne envie de partager mon ressenti.

Tout d’abord, je n’arrive pas à comprendre comment on peut encore tuer en France au nom de la religion. Nous avons accès à toute la culture et il me semble que le savoir permet d’être plus ouvert vis-à-vis des autres. Un être inculte est plus facilement malléable et plus crédule (d’où les besoins pour les dictateurs de censurer les médias).  Mais là cette tuerie s’est déroulée en France et a été perpétrée par un Français.

Autre étonnement concernant ce qui s’est déroulé à Toulouse, la mise à part concernant le meurtre des civils de religion Juive. Avant de connaître les raisons du suspect, on a de suite jugé l’acte antisémite. Moi je n’y ai pourtant vu qu’un acte qui ne pouvait être commis que par un fou: le meurtre de sang froid d’enfants. Pourquoi, dès qu’il s’agit d’une personne de religion Juive, le moindre acte de violence est-il antisémite? Est-on Juif avant d’être Français? Dans le cas dont je parle, le tueur a bien agit par antisémitisme, je ne le remets pas en question. Mais les raccourcis des médias me font réagir. Les juifs sont continuellement présentés comme des victimes. Non qu’ils soient coupables, juste des Français comme les autres. Or il suffit de taper Juifs dans le moteur de recherche de Google dans l’onglet image pour voir l’image qu’ils renvoient:

Oui la Shoah a bien existé, je ne le remettrai pas en cause. Mais ne devrions-nous pas arrêter de les mettre à part, au lieu de les voir comme une communauté à l’intérieur de la communauté française? Car cela n’est-il pas le début de l’antisémitisme? Moi qui vient d’une région où l’on ne distingue pas de différence entre un Juif et un Catholique, je suis choquée de voir qu’on catégorise les hommes entre blancs, noirs, asiatiques ou Juifs à Paris. Car on en fait une « race » à part.  Les parisiens n’arrivent même pas à dire « Juifs », ils disent « feuj ». Comme quand on remplace noirs par « black » ou « renoi ». Aurait-on peur des mots?

Peut-être que ma vision est faussée, et que cette façon de voir les Juifs comme une Communauté relève d’une volonté de leur part. Mais je crois qu’elle les dessert finalement, car pour que l’antisémitisme stoppe, il faudrait qu’on arrête de les catégoriser. La religion ne définit pas une « race ».

Petit coup de frais

Voici enfin le nouvel aspect de mon blog, avec son beau logo! Il est possible que je le modifie quelque peu en fonction de l’évolution du blog. Mais il conservera l’essentiel. Qu’en pensez-vous? Le trouvez-vous fonctionnel? Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas!

Merci à G. Rouxel pour son aide…

Cosmétiques pour hommes: Pour ou Contre?

Hier soir, j’ai eu une discussion avec une amie, sur le fait que les femmes avaient de la chance de pouvoir utiliser des cosmétiques pour cacher leurs imperfections. Et là je me suis demandé pourquoi les hommes ne pourraient pas avoir accès à nos crèmes teintées ou anti-cernes mais dans une gamme spécialement créée pour eux. J’entends par là, qui correspond à leur peau.

Un peu d'anti-cernes ne lui ferait pas de mal..

Bien sûr quand je parle de cosmétiques pour hommes, je n’y englobe pas tout ce qui est mascara, fards à joues et paupières, ou encore rouge à lèvres. J’y vois seulement des crèmes teintés légères matifiantes, des anti-cernes ou encore des sticks asséchants pour rougeurs localisées. Car prendre soin de sa peau est aussi important pour les hommes que pour les femmes. Surtout quand on voit l’état de leur peau après le rasage et lors de la repousse de la barbe… (j’ai cherché une photo pour illustrer mon propos et finalement je me suis dit que j’allais vous épargner ça ;-))

J’aimerais savoir ce qu’en pensent les hommes. Si une telle gamme sortait, est-ce-que vous l’utiliseriez?

Et vous les femmes, achèteriez-vous un produit cosmétique à votre homme?

Moi personnellement je pense que j’en achèterai à mon homme, pour qu’il ait bonne mine toute l’année et qu’il se sente sûr de lui.

La pilule est-elle castratrice?

Les hommes qui lisent ce titre se disent surement « encore un sujet pour les femmes… ». Et bien non justement. Vous allez peut-être regarder votre femme différemment après avoir lu cet article.

L’arrivée de la contraception féminine a été une grande avancée pour l’espèce humaine. En effet, les femmes peuvent avoir un contrôle sur leur corps, ce qui rassurent les hommes. La pilule contraceptive existe depuis plus de 45 ans. Elle a bien évidemment évolué au cours du temps. Mais plusieurs problèmes demeurent malgré tout dans certains cas: incompatibilité avec le fait de fumer, prise de poids, infertilité passagère après l’arrêt de la prise de la pilule, seins qui augmentent en volume (oui ça peut être un problème!), faibles saignements durant le cycle, douleur pendant les menstruations et surtout inhibition de la libido.

45 ans que la pilule existe et ces problèmes sont toujours présents! Trouver une pilule qui n’a aucun effets secondaires sur soi relève du parcours du combattant. Entendez-vous souvent parler de la baisse de libido chez la femme qui prend la pilule? On dirait presque que c’est un mythe! Voici l’extrait d’un article du magasine « Glamour » sur leur site internet:

« Ceci dit, des études ont montré la pilule sous un nouveau jour : prendre la pilule nous ferait choisir des hommes plus stables financièrement alors que sans, on préfère les beaux mecs et les bons coups. Puis une autre étude a révélé que les femmes sous pilule font globalement moins l’amour et ont moins d’orgasmes : dommage. Surtout qu’une autre étude révèle encore que en matière de lap dance, les femmes qui sont sous pilule font moins d’argent que celles qui ne la prennent pas. Tout est dit. »

Tout est dit, ou au contraire rien n’est expliqué? Ne trouvez-vous pas effarant de lire ça? La pilule devrait nous permettre d’avoir des rapports plus fréquents et nous enlever cette peur de tomber enceinte. Or ce n’est pas le cas! On se met en couple, on est heureux, on prend la pilule et là notre libido dégringole. C’est la chute du couple. Car pour perdurer un couple doit avoir des rapports sexuels. Si l’homme doit supplier sa femme pour en avoir, il va se rediriger naturellement vers les autres femmes qui sont disponibles. Les femmes n’ont pas biologiquement moins envie de faire l’amour que les hommes. Le syndrome du « j’ai une migraine ce soir chéri » a peut-être une explication.

Alors pourquoi, au bout de 45 ans d’existence, la pilule inhibe-t-elle la libido? J’ai pu lire, mais je ne me rappelle plus dans quel magasine, que physiologiquement parlant, un composant de la pilule inhiberait la testostérone que les femmes produisent naturellement. Pourquoi ce composant n’a-t-il pas été remplacé? Je pense que premièrement cet effet secondaire n’est pas facilement démontrable scientifiquement. Alors les sociétés pharmaceutiques qui la commercialisent ne prennent pas en compte ce facteur. Deuxièmement, peu de femmes se plaignent ouvertement de cet état des faits. Et si elles le font, on leur dit que c’est psychologique. Enfin, une femme qui n’a plus d’envie, ne va pas voir ailleurs! Bien pratique…

Alors messieurs avant de critiquer votre femme qui se refuse à vous malgré tout vos efforts, pensez que peut-être le problème ne vient pas d’elle.

Donnez, donnez moi!

J’ai reçu il y a quelques jours, dans mon courrier, une lettre à mon nom de la part de Médecins Sans Frontières. Je ne fais partie d’aucune association et n’ai jamais fait de dons. Je ne suis donc pas vraiment la personne idéale à qui demander de l’argent afin de soutenir une cause. Mais ce n’est pas leur avis. En effet ils pensent certainement que montrer des petits africains affamés en photo va m’émouvoir et donc me faire sortir mes billets (enfin ma carte bleue puisque vous savez déjà que je n’ai jamais de monnaie sur moi!) de ma poche.

Somalien en Août 2011

Grossière erreur. Non pas par manque de compassion. Bien sûr que je préfèrerais les voir heureux dans leur pays, accéder aux soins et avoir une bonne éducation. (Moi je suis pour la paix dans le monde et je veux prendre la place de J-P Foucault. Ah non ça c’est Miss France!) Mais ne devrions-nous pas regarder chez nous, en France, avant de vouloir sauver le monde? Oui on est le pays des droits de l’Homme. Justement. Pourquoi alors y a t-il des SDF dans la rue? Pourquoi certaines personnes sont-elles obligées de faire les poubelles des supermarchés pour trouver de quoi se nourrir? Pourquoi existe-t-il des familles qui vivent dans des taudis? Vous me direz qu’ils existent aussi des associations pour ce genre de personne. C’est vrai. Mais avouez que votre corde sensible s’agite moins quand vous voyez une famille vivre avec quatre fois rien que lorsqu’on vous montre un petit Somalien qui a la peau sur les os ou les victimes d’une catastrophe naturelle.0.

 

Campagne d’affichages de la fondation Abbé Pierre

Car ce qui fait pleuvoir les dons, c’est l’émotion. Comme lors du tsunami an Asie. Il y en a eu tellement en France (300 millions) qu’une partie a été utilisée pour d’autres actions, telles que le séisme de Haïti.  Effectivement c’est très beau comme geste. Alors pourquoi n’est-on nous pas capable de nous aider nous même? Et aussi pourquoi les gouvernements de tous les pays pauvres ne sont-ils pas capables d’aider leur population alors qu’ils reçoivent des subventions des pays riches? Pourquoi les Français devraient payer pour engraisser les dirigeants des pays pauvres? Bon j’arrête là cette réflexion, elle devient trop géopolitique à mon goût. Mais vous avez compris l’idée.

Pour boire ou pour manger?

Vendredi soir, comme probablement certains d’entre vous, je suis sortie dans un bar pour grignoter quelques tapas et boire un verre. Bar sympathique, bonne ambiance, tapas délicieuses. Au moment de régler l’addition, une amie (serveuse) nous invite à laisser un bon pourboire au serveur qui se trouve être un ami à elle. Son service ne fut pas exceptionnel (oublie des commandes, pas de service particulier demandé). Alors qu’est ce qui justifie le fait de laisser de l’argent, en plus du prix de la consommation, à quelqu’un qui gagne parfois le même salaire que le votre et qui ne fait que son travail? Merci à elle donc pour m’avoir inspiré ce nouveau sujet!

Un peu d’Histoire: En France, la pratique du pourboire s’est développée tard, au 19ème siècle, pour récompenser les cafetiers et restaurateurs d’un service de qualité. Le pourboire signifiait comme son nom l’indique un verre qu’on offrait en remerciement d’un service rendu ou un sou pour s’offrir ce verre. Aujourd’hui, tout le service (personnel et les couverts) est compris dans la note. Le pourboire est de coutume. Dans le domaine de la restauration, il est d’usage d’arrondir par excès le prix lorsqu’on est satisfait du service, par exemple en laissant de la monnaie sur la table. Dans le domaine de l’hôtellerie, il est d’usage de donner un pourboire (usuellement un(des) billet(s)), lors d’une demande particulière, au service de chambre, au bagagiste et au voiturier, lorsqu’on apprécie la qualité du service.

Pour résumer, lorsque qu’on a apprécié le service, on peut gratifier le serveur, livreur ou ouvreuse en lui laissant de la monnaie. Dans le principe, je suis plutôt d’accord. Dans le principe seulement!

En effet, ce n’est pas nouveau, nous sommes en période de crise. Pour la plupart des personnes, dont je fais partie, faire attention à ce que l’on consomme est obligatoire. Et particulièrement en région parisienne où les prix flambent. Alors pourquoi devrais-je gratifier un service tout à fait quelconque? Car on peut constater que le service français est loin d’être le meilleur. En effet, le sourire n’est pas toujours de rigueur, demander ne serait-ce que des glaçons en plus ou un verre d’eau ressemble parfois au parcours du combattant. De plus le service est déjà compris dans la note. Vous pourriez me rétorquer que je n’ai qu’à aller dans des endroits plus chics pour avoir un service de qualité. Et c’est là l’ironie. Car cela signifie que si je veux être sûre d’être bien servie, je dois débourser plus d’argent pour ma commande, en plus du pourboire! Bien sûr cette coutume n’a rien d’obligatoire me diriez-vous. Certes. Mais supporter le regard culpabilisant du serveur qui vous signifie son mécontentement n’a rien d’agréable.

Il est où le pourboire?!!

Alors devrions-nous abolir cette coutume ou au contraire la rendre obligatoire comme dans certains pays tels que les États-Unis? Personnellement je pense que cette coutume n’a plus lieu d’être, du moins pour les endroits populaires, du fait que les serveurs touchent un salaire qui est au minimum au SMIC, comme beaucoup de Français actuellement. Aux États-Unis par contre, les serveurs n’arrivent à avoir un salaire correct uniquement grâce à la générosité des clients. Pourquoi les clients devraient-ils participer directement au salaire du serveur? N’est-ce pas aux gérants d’augmenter le salaire de leur employés?

Pour finir que penser des ouvreuses qui ne sont rémunérées que par les pourboires?  N’étant pas plus bête qu’une autre, je sais trouver ma place quand je vais au théâtre. Alors quel est leur intérêt? Si le gérant en voit un, pourquoi ne les paie-t-il pas? Car je suis le genre de fille à ne jamais avoir de monnaie et à oublier qu’il existe des ouvreuses, voyez-vous…

La quête de la perfection physique

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la pression constante que les humains ressentent concernant leur physique. Bien que celle-ci soit encore plus présente chez les femmes, les hommes commencent à la sentir de plus en plus présente. Il faut être grand, mince, pas trop typé, avoir une jolie peau, de beaux cheveux et s’habiller avec soin. Cette description vaut pour les deux sexes. Pour les femmes, elle ne s’arrête pas là, loin de là!

Femme parfaite créée sur felunique.com par les hommes

On veut nous faire croire que le bonheur est de peser 40kg toute mouillée, mais d’avoir de gros seins quand même! Moi personnellement un squelette avec deux gonfleurs je n’ai jamais trouvé ça glamour… Je suis pulpeuse et ça me va. Or je commence à culpabiliser. Oui oui je culpabilise d’être une bonne vivante, d’aimer manger, profiter de la vie et surtout de ne pas aimer sentir mes os saillir de ma peau. Et la pression vient de partout.

Mon homme parfait...

La mode bien sûr est la première responsable. On glorifie des femmes qui ont des corps de pré-pubère, qui s’affament pour le rester mais qui vous racontent que c’est leur constitution qui est comme ça. Effectivement, je ne mangerai qu’une pomme par jour, ma constitution serait de ressembler à un squelette. Logique. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, je ne comprenais pas. Les hommes que je connais ont tendance à préférer les femmes avec des formes féminines: des seins, de belles fesses charnues et en bonne santé. Alors d’où vient cette engouement pour les femmes maigres? Tout simplement on voue un culte à la jeunesse! Quelle femme a un visage enfantin et un corps très mince? Les jeunes filles à peine pubère bien sûr! Et non pas les femmes adultes. La maigreur permet de gommer les signes de la féminité.

Autre signe qui permet de s’en apercevoir, la mode de l’épilation intégrale. La pilosité arrive au moment de la puberté. Un pubis sans poil rappelle donc immédiatement un pubis de petite fille. Coïncidence? Je ne crois pas… Et là encore ce n’est pas une demande masculine. Bien sûr les grands gagnants sont les centres d’épilation et les marques de produits dédiés à la disparition des poils. Le site de Veet a d’ailleurs fait scandale car il vantait l’attrait d’un « minou tout doux ». Un jeu était même disponible pour rendre un chat femelle  tout doux en lui enlevant les poils et soumis à l’avis d’un chat mâle. Mouais on a vu plus classe…

Mon propos n’est pas de promouvoir l’obésité et zéro épilation, mais seulement de dénoncer ce diktat de la jeunesse qui nous fait courir après une chimère. Rajeunir n’est pas possible. Assumons notre féminité et refusons l’image que les médias souhaitent nous imposer. On peut réussir sa vie (trouver l’amour, avoir un bon job, une vie sociale…) sans avoir à s’affamer, s’épiler intégralement ou se faire des injections de botox chaque mois.

Envie de Tapas sur Boulogne-Billancourt?

Étant d’origines espagnoles, je suis assez exigeante sur la qualité de la cuisine espagnole et sur la paëlla en particulier (mon père fait la meilleure, ne cherchez pas ailleurs!).

Je peux donc vous conseiller Tapéo, 73 Avenue Pierre Grenier. Ce petit restaurant propose des assortiments de tapas( croquetas, pintxos, bocatines..) et des plats( la fameuse paëlla, la tortilla, …) qui ont la saveur des plats originaux. Parfait pour un déj qui change des sushis chinois et autres sandwichs.

Image

Le menu Barcelone (2 tapas, un bocatine, une boisson et un dessert) à 9.90€ est suffisant pour caler toute l’après-midi.

Bon appétit!

Le 8 Mars

Le 8 Mars correspond à la journée de la Femme un peu partout dans le monde et ceci depuis 1910. Les femmes doivent-elles s’en réjouir?

Même si on pense à nous au moins une fois dans l’année, le fait que cette journée existe toujours montre que les différences hommes/femmes sont toujours là. Également dans notre beau pays des droits de l’Homme. Qu’est ce qui justifie que les femmes soient en moyenne moins payées que les hommes? Que les postes à responsabilité ne nous soient pas proposés? Sans faire de féminisme de bas étage, moi ça a tendance à m’agacer sérieusement. Oui je suis ambitieuse et je compte bien atteindre mes objectifs!

La pression est de plus en plus grande pour que les Femmes réussissent dans chaque domaine: professionnellement, en tant qu’amante et comme mère. Et les culpabilisations sont grandes. Si on travaille trop on nous reproche de ne pas assez nous occuper de notre famille et si nous désirons être femme au foyer nous devenons des fainéantes. Question de point de vue me direz vous… Les femmes qui refusent d’avoir des enfants ont peut-être trouvé la solution!

Bien sûr nous n’avancerons que si les femmes ne se soumettent plus, trouvent le courage de dire non et retrouvent leur fierté. Plus facile à faire en France que dans certains pays du Moyen-Orient je vous le concède.

Oui il existe des différences entre les hommes et les femmes, mais je ne pense pas que c’est en les gommant, comme dans cette école scandinave qui n’utilise que le neutre et non plus « il » ou « elle » que l’égalité va s’instaurer. Acceptons nos différences mais donnons nous les mêmes chances.