Archive | juin 2012

Sécurité routière: de vraies solutions?

Depuis que je vis sur Paris, je ne conduis plus de voiture. Je n’en possède pas et me déplace grâce aux transports en commun. Et j’en suis ravie! Pourquoi? Tout simplement parce que se déplacer en voiture est devenu un luxe et que perdre son permis n’a jamais été aussi facile.

En effet, pour diminuer le nombre de morts sur la route, l’État a mis en place diverses mesures telles que les radars automatiques pour la vitesse et les feux rouges ou encore le contrôle de l’alcoolémie. Les contrôles sont donc fréquents, les amendes pleuvent et les points sautent! Personnellement je suis pour l’installation de radars signalés, dans les endroits reconnus dangereux. Par exemple, sur une nationale limitée à 90km où un tronçon passe à 70km au niveau d’un virage dangereux non visible, signaler un radar est intéressant. En effet, on diminue ainsi le nombre d’accident dû à la vitesse, puisque le conducteur a tout intérêt à rouler à 70km dans ce virage. Bien sûr, ce genre de radar sur une ligne droite où la limitation de change pas n’a que peu d’avantages. Malheureusement, le signalement des radars est en voie de disparition. Ainsi nous ne sommes plus dans la prévention mais bien dans la répression.

nouveau boitier radar

Personnellement je ne vois qu’une solution pour éviter les dépassements de vitesse: brider les moteurs des voitures. Hop comme ça plus de problème. Bon du coup il n’y aurait plus aucun avantage à avoir une berline puissante puisqu’elle n’irait pas plus vite qu’une Fiat Panda. Certes.

Depuis peu, une nouvelle mesure a vu le jour: l’obligation de posséder un éthylotest homologué non usagé dans son véhicule de plus de 50cm3. Si à première vue cela peut être une bonne chose, en y regardant de plus près, on voit certaines failles. Tout d’abord, on ne demande qu’un seul éthylotest par voiture. Si le conducteur l’utilise pour contrôler son alcoolémie avant de démarrer, il ne lui en reste plus pour  partir. Il risque donc une contravention. Alors que s’il ne souffle pas dans le ballon de contrôle, il ne sait pas s’il est positif à l’alcool mais au moins il possède toujours un test intact. Moralité, mieux vaut rester à l’apéro! Ensuite, pour avoir déjà fait plusieurs tests, je peux vous dire qu’ils ne sont pas fiables. Alors quel est l’intérêt? Et si l’intérêt était ailleurs? Notamment pour le président de l’association à l’origine du décret qui travaille pour le plus gros fabricant d’éthylotest, à savoir Contralco, qui était en faillite il y a encore quelques mois. Mais je suis sûrement mauvaise langue…

Finalement on peut se demander si le gouvernement souhaite réellement nous voir lever le pied et baisser le coude. On diminue la prévention au profit de la répression qui rapporte davantage à court terme. Mais au final sans éducation, les comportements restent les mêmes, voire même empirent. Comprendre pourquoi les limitations existent serait un bon début. Généralement quand on comprend, on respecte.

Publicités

ça alors!

Cet article risque d’en amuser certains puisque hier on m’a fait remarquer certaines fautes qui s’étaient glissées dans mes anciennes publications. Je n’aime pas en faire mais que voulez-vous, nous ne sommes pas infaillibles. Donc aujourd’hui je voudrais vous parler d’une lettre qui, quand elle est accompagnée de sa cédille, a tendance à disparaitre chez certains. Il s’agit bien sûr du « ç ». Avez-vous remarqué l’antipathie affichée envers cette lettre de la part des jeunes gens quand ils communiquent entre eux?

Exemple flagrant: « Salut! Sa va? »

Mais pourquoi? Je comprends tout à fait les changements de lettres qui permettent de raccourcir un texte. Comme par exemple  » demain je vais visiter un musée » qui devient « 2m1 je V visiT 1 musée ». Compréhensible. Mais changer une lettre par une autre (donc pas de gain de place) et rendre l’orthographe incorrecte? Complètement inutile.

Ce qui est amusant, c’est que c’est souvent une faute masculine. Et rédhibitoire. Car on demande à l’interlocuteur s’il va bien en début de conversation. Donc autant vous dire que la couleur est annoncée rapidement!

« Bonjour, je suis un jeune homme charmant qui voudrait entrer en contact avec vous mais qui a un léger problème avec l’orthographe en général et avec le « ç » en particulier.

-Pas de soucis, réglez votre problème avant et on en reparle après! »

Bref, autant certaines fautes sont excusables (je pense), autant commencer une conversation avec un « sa va », ça ne va pas…

Vu ce lien je ne suis pas la seule à le penser….

https://www.facebook.com/pages/On-dit-%C3%87a-va-pas-Sa-va-connard-dillettr%C3%A9/120108491354846

Les sirènes asiatiques

Pour avoir eu la chance de voyager un peu, je pense pouvoir dire que les Français sont, en général, des hommes charmants, séducteurs et séduisants. Ce n’est pas pour rien qu’ils font un malheur dans certains pays comme l’Irlande ou encore les USA. Bien sûr ceci n’est que généralité et est une conclusion personnelle.

Dernier couple en date entre une Américaine et un Français.

Alors pour ne pas se faire voler nos amoureux, nous les femmes, nous avons recours à plusieurs stratagèmes et nous nous méfions des concurrentes. Notamment de la grande blonde à forte poitrine qui parle à notre chéri, en se penchant légèrement, afin de lui laisser le loisir de se perdre dans ses courbes. On se dit que forcément, s’il doit nous quitter pour quelqu’un d’autre, cette personne sera mieux physiquement que nous. Comme cette grande blonde qui a des jambes qui font notre taille. Erreur! Une menace plus sournoise pèse sur nous, pauvres Françaises à la langue trop bien pendue. Et cette menace vient de l’Est, plus exactement d’Asie.

Vous l’avez compris, les Français aiment les Asiatiques! Je ne compte plus le nombre de couple mixte que j’ai pu rencontrer dans la rue. Davantage que de couple blanc/noire d’ailleurs. Alors pourquoi cet engouement? Cela vient de plusieurs facteurs. Tout d’abord, comme je l’ai indiqué, les Françaises parlent beaucoup et ont du caractère. Ce n’est pas un défaut en soi, mais certains hommes aiment les femmes plus dociles et vivent mal la confrontation. De part leur éducation, les Asiatiques sont plus douces que nous et ne recherchent pas le conflit. Ensuite le France est le 2nd pays consommateur de mangas après le Japon. Cette culture japonaise est bien connue des Français qui en apprécient la délicatesse et le respect. C’est donc tout naturellement qu’ils se tournent vers les Japonaises et leur univers kawaii (attention à la radioactivité quand même…). Enfin, il faut le reconnaitre, les Asiatiques ont souvent un corps mince qui rappelle celui d’une jeune fille et leur visage marque moins les signes du vieillissement. Pas besoin de lifting, c’est toujours ça d’économisé…

Les filles, pour vous venger vous pouvez toujours vous mettre en couple avec un Asiatique, mais je vous aurais prévenues, les Français sont tops!

L’espoir, mon meilleur ennemi

J’ai toujours pensé que les personnes suicidaires étaient des lâches et des égoïstes. Pour moi, choisir de laisser délibérément des personnes qui vous aiment derrière vous, comme des enfants ou un conjoint, est un acte honteux. Et je crois que j’ai compris pourquoi ces personnes en arrivent là. Elles ont perdu espoir. Car ce qui nous fait avancer, au fond, ce n’est que l’espoir de jours heureux et de réussir à atteindre nos objectifs. Si nous n’avons plus de but, pourquoi continuerait-on à avancer?

L’espoir est un formidable moteur qui permet de faire de belles choses ainsi que de réunir. Unis dans un même but, nous avançons en faisant fis des différences. Le sport est un bel exemple. Tous les Français étaient réunis derrière l’équipe de France lors de la finale de football de 1998. La politique également. Les révolutions, d’une manière générale, sont le fruit de l’espoir d’un peuple vers plus de liberté et d’égalité.

Mais l’espoir est cruel. Faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réussir ne garantit pas le succès. On peut désirer ardemment être aimé de quelqu’un, obtenir un poste plus intéressant ou tout simplement changer les choses sans pour autant y arriver. On y croit jusqu’au bout, plein d’espérance. Mais malheureusement, souvent, cela ne dépend pas de nous; d’où un sentiment de frustration immense. On a alors l’impression d’être une marionnette a qui l’on donne l’impression de faire des choix. Plus l’espoir est grand, plus la déception est terrible. Ah que je haie ce sentiment de défaite mélangé à la frustration. Il a un goût amer, on a l’impression d’avoir quelque chose de coincé au creux de la poitrine. Et digérer cet échec prend du temps. J’admire les personnes qui rebondissent sur un nouveau projet sans appesantir sur le passé. Car pour avancer, il faut défaire tout ce qui avait été construit dans son esprit en cas de victoire, puis trouver un nouvel objectif et enfin reconstruire.

Si l’espoir nous fait avancer et donc être dans l’attente de l’avenir, ne nous fait-il pas passer à côté du présent? Car à vouloir toujours plus, profitons-nous de ce que nous avons acquis? Finalement, pouvons-nous être heureux si nous espérons mieux? Trouver le juste équilibre est très difficile, surtout dans notre société de consommation où l’on nous crée des besoins tous les jours. Tout va de plus en plus vite. Les modes changent rapidement ainsi que les technologies ou encore l’information. Si nous voulons être concurrentiel, il faut être connecté et posséder les outils les plus récents. Tout ceci est une course en avant qui nous fait passer à côté de l’essentiel. Et si nous nous arrêtions quelques instants pour reprendre notre souffle?

 

Les petits seins, c’est mieux!

A la lecture de mon titre, j’entends déjà certains hommes crier. Laissez-moi vous exposer mon point de vue, on en reparle après. Bien sûr je comprends tout à fait que les femmes qui n’ont pas de poitrine tueraient pour en avoir. Cela reste un élément important de la féminité. Mais dépasser le bonnet C rend-il plus heureux?

Tout d’abord, avoir des petits seins permet certaines libertés qui sont impossibles avec des poitrines généreuses:

  1. Ne pas mettre de soutien-gorge. Ça peut être diablement sexy!
  2. Porter des décolletés  plongeants sans passer pour une professionnelle…
  3. Jouer au beach volley sur la plage avec un bikini.
  4. Passer dans des endroits étroits, contre quelqu’un, sans gêne.

Ensuite, une femme qui fait du B dépense moins qu’une femme avec du E. Avez-vous déjà vu le prix des soutien-gorges en taille E, qui maintiennent parfaitement les formes, tout en étant sexy? Hors de prix! Par contre on peut trouver des choses tout à fait adorables et abordables dans les enseignes telles que Etam Lingerie, Princesse Tam Tam ou encore Darjeeling pour les petites poitrines. Et les sous-vêtements ne sont pas le seul problème. S’habiller est tout aussi problématique. Les tee-shirts sérigraphiés sont interdits au forte poitrine pour cause de déformation, ainsi que les courts (qui deviennent des brassières). Les chemises doivent obligatoirement contenir de l’élastane sous peine de tirer sur les boutons (et de laisser entrevoir les dessous).

Les seins généreux apportent aussi des problèmes physiologiques. En effet, ils ont une masse non négligeable qui n’est pas compensée dans le dos. Les muscles dorsaux doivent donc travailler davantage, ce qui peut engendrer des maux du dos. De plus, avec le temps et la gravité, les seins ont tendance à tomber et à se répandre. Ne parlons pas de leur état après un accouchement et un allaitement… Une poitrine menue a toutes les chances de rester ferme et ronde.

Toujours pas convaincu de l’intérêt d’une petite poitrine? Ok alors répondez à cette question: Quel est le seul attrait des gros seins?

Réponse: Faire plaisir aux hommes! Or peut-on se plaindre du comportement des ces derniers quand on leur met sous le nez un décolleté pigeonnant? Même avec une tenue sage, une grosse poitrine reste « voyante ». Et peut devenir vulgaire.

Mettre en valeur ses seins généreux est donc plus compliqué qu’il n’y parait…

 

Et ils vécurent heureux…

Voilà comment on nous a présenté le mariage depuis tout petit. Ah le mariage, avec sa robe blanche, sa pièce montée, ses poignées de riz, ses alliances… Avouons-le, ça nous a tous fait rêver un jour. Maintenant beaucoup moins. On a compris qu’on nous avait menti. D’une, l’organisation d’un mariage demande énormément de temps et d’argent. Et de deux,  ils ne vécurent pas heureux ensemble toute leur vie.

Alors pourquoi continue-t-on à se passer la corde au cou se marier? Avant d’aller plus loin, voyons ce que nous dit notre ami Wiki:

« Les gens se marient pour de nombreuses raisons, habituellement pour l’une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • le désir de fonder une famille avec des enfants, et de leur donner un cadre stable et protecteur à leur éducation ;
  • le désir de prouver son amour et de le déclarer publiquement ;
  • la volonté de rendre une liaison amoureuse pérenne en lui donnant un caractère officiel plus difficile à rompre ;
  • la volonté d’acquérir le statut social d’homme ou de femme marié, qui peut être considéré comme plus gratifiant que celui de célibataire ;
  • la formalisation juridique et sociale de questions patrimoniales (legs, légitimation d’enfants, retraites, fiscalité).

D’autres motivations peuvent exister comme :

  • légitimer des relations sexuelles,
  • obtenir de l’argent ou du pouvoir, ou encore faciliter les formalités d’immigration ou de naturalisation. »

Il n’y a pas que de l’amour dans tout ça! Et je pense que le fait de vouloir « posséder » l’autre fait parti des raisons. On dit bien « voici mon mari » et pire « voici MA femme »…

Bon imaginons que nous avons un jeune couple amoureux qui veut se prouver leur amour et fonder une famille. Voici ce qu’il devra surmonter pour organiser le « plus beau jour de leur vie » :

J -12 mois

  • Rendez-vous des familles
  • Chercher et réserver le lieu de réception
  • Contacter la mairie
  • Contacter l’organisme religieux
  • Fixer la date
  • Fixer le budget

J -10 mois

  • Chercher les lieux d’hébergement
  • Choisir la voiture
  • Dresser une liste d’invités provisoire
  • Prospecter la restauration
  • Prospecter l’animation
  • Prospecter le photographe
  • Prospecter les tenues (robe, costume, cortège.)

J -8 mois / J -6 mois

  • Choisir la décoration des lieux et florale
  • Choisir la papeterie
  • Choisir le voyage de noces
  • Choisir les témoins
  • Commencer les essais de tenues, de coiffure et de maquillage
  • Confirmer les différents prestataires choisis
  • Dresser une liste d’invités définitive pour la réception
  • Dresser une liste d’invités définitive pour le vin d’honneur
  • Premier essayage de la robe
  • Prévenir les invités officieusement pour qu’ils puissent s’organiser à être disponibles
  • Réserver le matériel de réception

J -4 mois

  • Arrêter le menu du mariage
  • Contacter un notaire si contrat de mariage
  • Définir le style de l’animation
  • Déposer votre liste de mariage
  • Envoyer les faire-part
  • Organiser les déplacements
  • Passer la visite pré-nuptiale
  • Premier essayage des tenues marié et cortège
  • Premier rendez-vous d’essai coiffure et maquillage
  • Second essayage de la robe de mariée

J -3 mois / J -1 mois

  • Assurer le mariage
  • Choisir le bouquet de la mariée
  • Choisir les alliances
  • Choisir les dragées et/ou cadeaux des invités
  • Définir la décoration des lieux et florale de façon définitive
  • Déposer le dossier civil en mairie
  • Second essayage des tenues marié et cortège
  • Second rendez-vous d’essai coiffure et maquillage
  • Troisième essayage de la robe

J -1 mois / J -15 jours

  • Confirmer le nombre d’invités définitifs au traiteur
  • Faire une mise au point définitve avec l’animateur
  • Préparer les dragées, confettis, cadeaux invités.
  • Préparer les plans de tables
  • Réserver le voyage de noces
  • Réserver les lieux d’hébergements
  • Réserver les moyens de déplacements
  • Dernier essayage de la robe de mariage
  • Dernier essayage des tenues marié et cortège
  • Dernier rendez-vous d’essai coiffure et maquillage
  • Rappeler les dates et heures de la réception aux différents prestataires
  • enterrer sa vie de célibataire

J -8 jours / J -1 jour

  • Accueil des invités éloignés
  • Aller chercher les alliances
  • Aller chercher les tenues et accessoires
  • Décoration des lieux de réception
  • Décoration des voitures
  • Préparer une trousse de secours / une trousse beauté

Si vous avez eu le courage de tout lire, chapeau! Comptez donc 11 800€ en moyenne pour le tout.

Imaginons que notre couple de tout à l’heure veuille encore se marier. Il devra penser à la sensibilité de chacun et donc, faire des choix cornéliens:

« Si j’invite ma mère, mon père ne vient pas vu qu’ ils sont divorcés et en mauvais terme. Mais si je le fais sans mon père, il m’en voudra à vie. Alors je choisis qui? »

« Je suis proche de mon cousin Marcel mais pas des autres. Or si je l’invite, mes 46 autres cousins seront jaloux. Mais 46 personnes de plus, ça fait cher! »

Bref, de bons sujets de dispute entre les futurs conjoints.

Imaginons que le grand jour est arrivé et que tout se passe merveilleusement bien. Ils ont signés et se doivent d’être avec leur moitié pour le reste de leur vie. Ils y croient certainement dur comme fer. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que ce concept à été créé à l’époque où vivre avec la même personne toute sa vie se résumait à 10 ans, espérance de vie courte oblige. De nos jours ça peut atteindre 70 ans…

Pour finir, le concept même de fonder une famille en se mariant n’est pas mauvais, mais un divorce ne fait-il pas plus de mal aux enfants qu’une simple séparation? Parce que oui, de nos jours, il faut penser au divorce en se mariant.

Messmer ou comment perdre la tête

J’ai eu la chance hier de pouvoir voir en exclusivité au Casino de paris une représentation de Messmer, un hypnotiseur très connu au Québec. Bluffant!

Tout d’abord on est jeté dans son univers grâce aux effets de lumière et de son. Ensuite il faut bien l’avouer, Messmer a du charisme. Il sait créer une ambiance. Et là où réside son succès, c’est que le public est mis à profit.

Je m’explique: dès le début on nous demande de faire un exercice tout bête pour que Messmer puisse trouver les personnes les plus sensibles à son « magnétisme ». Il n’y a pas de trucage. J’ai pu constater son efficacité sur une petite fille assise à côté de moi qui s’est endormie brusquement pendant le second test, à la demande de l’hypnotiseur. Moi personnellement je n’ai pas envie de me laisser aller, on sait jamais!

Le public est donc un acteur à part entière du spectacle. Sur un sujet réceptif Messmer peut faire à peu près n’importe quoi. Par exemple, une jeune fille est devenue un dauphin et réagissait quand il lui envoyait un poisson imaginaire. Même en période d’éveil…

On rit beaucoup devant les situations cocasses qui se créent mais jamais méchamment.

Alors, vous laisserez-vous envoûter?