Oui à la profession « prostitué »!

Il y a deux semaines, la ministre des Droits de le Femme, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé qu’elle souhaitait voir disparaitre la prostitution en France. En effet, selon elle, il s’agit d’une forme d’exploitation de la Femme. Et si justement, le fait que la profession « prostituée » ne soit pas reconnue comme telle, en faisait une sorte d’esclavagisme? Car, sans contrôle de l’État, comment pouvons-nous savoir si ces femmes se prostituent par choix ou par proxénétisme?

Najat Belkacem, Ministre des Droits des Femmes

Personnellement je ne vois pas de différence entre une masseuse esthétique (non kinésithérapeute) qui détend un dos tendu et une péripatéticienne qui « soulage ». Les deux utilisent leur corps pour le bien-être du client. Or la première travaille dans un centre de soins et est reconnue alors que la seconde doit en général officier dans des endroits pas toujours sains et sûrs.

Il y a pourtant une voie simple qui me semble être la solution: l’ouverture de bâtiments dédiés à cette activité et la reconnaissance de cette profession. En effet, les travailleurs du sexe (oui il y a des hommes aussi!) pourront ainsi percevoir un salaire, comme un entrepreneur normal et paieront des impôts. Ils auront droit à la retraite et à la Sécurité Sociale. Et surtout, l’État pourra contrôler leurs activités. Deviendront illégaux tous les prostitués qui ne seront pas déclarés. On pourra ainsi mettre fin aux réseaux de proxénétisme. De plus, si on ouvre des endroits dédiés, cet échange commercial se fera dans de meilleurs conditions et les parcs retrouveront leur innocence. Enfin, les viols sur les prostitués seront enfin pris en compte. Il s’agira de viol mais aussi de vol, car le client aura profité du service sans payer la note.

Je pense qu’il faut arrêter l’hypocrisie relativement au plus vieux métier du monde. Cela a toujours existé et existera toujours. Ces personnes sont d’utilité publique. Un homme soulagé est moins agressif qu’un qui est frustré. Laissons les femmes disposer de leur corps comme elles l’entendent.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

42 responses to “Oui à la profession « prostitué »!”

  1. Jennifer says :

    Je suis tout à fait d’accord. Il devrait y avoir des bâtiments pour que ce soit réglementé et surtout plus hygiénique mais que ce soit autorisé car il y a une utilité et il faudrait des droits à ces travailleurs du sexe. La ministre des droits des femmes devrait être rebaptisée « ministre de l’anti droit des femmes » voire, « de l’anti femme »…

    • leblogdalexa says :

      De toute façon, le fait qu’il existe un ministère de la Femme montre à quel point les politiques pensent que la femme est un être faible. Pour moi c’est aberration…

  2. Aurélie says :

    Si c’était légal je serais la 1ère à monter une maison close, où enfin les femmes seraient surveillées et protégées. Avec un lieu sain, des tests réguliers de dépistage mst, des préservatifs pour tous, un vigile pour virer les indésirables violents.
    Interdire la prostitution n’empêchera en aucun cas les femmes et les hommes de se prostituer, cela amènera juste à ce que leurs conditions de travail soient encore pires, des lieux plus insalubres avec une clientèle moins nombreuse certes mais du coup ils/elles vont devoir accepter les pires pour gagner leur vie.
    Je suis d’accord qu’il est ignoble de forcer une femme ou pire un enfant à se prostituer, mais si il y avait un système pour réglementer tout ça, ça serait moins fréquent. Après ça serait un sacré boulot de mettre en œuvre quelque chose de concret et stable, du coup c’est tellement plus simple de l’interdire!

    • leblogdalexa says :

      Je crois que ce n’est même pas le fait que ça soit compliqué à mettre en place mais plutôt une question de morale et donc de perte d’électorat. T’imagines même pas tous ceux qui tomberaient sur le Ministre qui oserait ne serait-ce que l’évoquer. En bref, grosse hypocrisie.Les politiques ne sont pas les derniers à aller les voir. Hein, DSK?
      Si jamais on légalise la prostitution, je veux bien être actionnaire de ta boite! 😉

    • Euterpe says :

      C’est génial de voir qu’il y a des femmes prêtes à traire d’autres femmes comme des vaches pour les sacrifier à un prétendu besoin masculin !
      Une minorité d’hommes consomment de la viande de prostituée mais ça rapporte, alors on voir que ça fait des vocations de mères maquerelles á condition bien sûr que le vétérinaire passe régulièrement et pour cela il faut que l’état soit d’accord parce que bizarrement, on se demande pourquoi, le métier « du sexe » étant un si joli métier, l’état fait la grimace.

      Mon conseil : mets-toi à ton compte comme prostituée, c’est beaucoup moins
      compliqué que de gérer une boîte et puis c’est un métier comme un autre, non ?
      Avec ces lettres de noblesse !

  3. guillaume says :

    Parler de l’hypocrisie du gouvernement qui refuse la légalisation de la prostitution en se cachant derrière des concepts dogmatiques de santé publique et de droit de la femme est totalement vrai. Au vu des « conditions de travail » dangereuses et de l’hygiène (qui doit être très contestable lors d’une passe au coin de la rue), tout porte à croire que la légalisation mènerait à une amélioration de ce coté là.

    Et si cette prise de position intransigeante recelait des valeurs moins nobles que celles annoncés par nos dirigeants bienfaiteurs?

    Lorsqu’un « marché » est porteur et la « ressource » inépuisable, tout le monde veut en faire son commerce, en conséquence l’offre devient supérieure à la demande, la concurrence devient telle que les prix sont tirés vers le bas et la rentabilité est très amoindrie pour les commerçant comme pour les fournisseurs.

    Le mieux pour ces derniers est d’arriver à contrôler l’offre pour qu’elle soit toujours inférieure à la demande, et les banques qui spéculent sur le prix des matières premières en achetant et en stockant des milliers de tonnes de minerais, ou sur l’immobilier en rachetant des immeubles entiers de logements laissés vacants par la suite l’ont bien compris. De la même façon les pétromonarchies nous assomment en fixant un prix de baril exorbitant: ils peuvent car ils possèdent la quasi totalité des réserves. On appelle ça prendre les gens en otage. de plus comme la ressource est épuisable les augmentations sont toujours justifiés…

    Quand la ressource est inépuisable comme le cannabis ou les prostitués(hélas), il est très difficile de maintenir un monopole car la concurrence s’installe trop rapidement ( tout le monde peut planter du cannabis ou du pavot dans son jardin mais pas creuser un puis de pétrole). Mais en déclarant son commerce hors la loi on s’affranchit rapidement de la concurrence.

    Les lobbies du pétrole et de l’immobilier(entre autres) font toujours pression sur les décisions du gouvernement et de l’assemblée en freinant les décisions qui leur seraient nocives et en encourageant le vote des plus fructueuses. Un petit chèque par ci par la pour acheter un soutient et un tel votera non pour telle loi, et oui pour l’autre. On sait que les lobbyies et les financiers nous gouvernent et que les politiques sont leurs pantins. Donc de la même façon n’y aurait t-il pas un lobby des maquereaux et des cartels de la drogues qui graisseraient également la patte de nos dirigeants? Des chèques avec marqué dessus « La drogue et les putes c’est mal ».

    • leblogdalexa says :

      Tu soulèves des points très justes, notamment sur le fait que ce n’est pas les politiques qui décident, mais bien les lobbies.
      Cependant je ne suis pas pour la légalisation des drogues. Imagine un monde où tout le monde est stone. ça ne serait pas vraiment gérable… Et ça ne serait pas anodin pour la santé non plus. Nous avons déjà l’alcool, ne nous plaignions pas! 😉

  4. guillaume says :

    L’homme n’aime pas être frustré ou interdit de quoi que ce soit. C’est contre nature. Cela fait naître un besoin encore plus fort d’assouvir ses désirs, et chez les jeunes dans le cas des drogues, le coté « je me fait passer pour un bad boy hors la loi et comme ça je suis super cool » ajoute beaucoup à leur consommation. On peut légaliser tout en maintenant des peines très sévères pour les dépistages positifs au volant, et comme conduire est une nécessité les gens feraient attention d’instinct pour ne pas perdre leur permis et leur emploi.

    La sécurité routière est mise en valeur par nos politique de manière exacerbée pour maintenir une opinion anti cannabis et anti alcool. Comment ne pas prendre leur parti en voyant ces images horribles. Mais dans ce cas pourquoi ne pas interdire l’alcool aussi? On a très hypocritement encore interdit les publicités sur l’alcool à la télé. Croyez vous qu’il s’en vende moins? Pareil pour les cigarettes: les logos « FUMER TUE » dissuadent t’elles le fumeur accro? Les cigarettes sont, tout comme l’essence, soumises à une augmentation périodique mais faible de leur prix: on voit bien que ce n’est pas dissuasif pour les consommateurs. Cette technique permet à l’Etat et aux fabriquants de nous tondre en intégralité, et en plus « c’est pour notre bien ».

    Une drogue rend accro, c’est sa définition. Seule la pénalisation et l’interdiction peuvent responsabiliser le consommateur par peur de l’amende et de la prison. Mais toute forme de dissuasion du genre  » arrêtez c’est mal, c’est pas bon pour la santé » est une forme consciencieusement hypocrite et totalement inefficace de lutter contre sa consommation. Et c’est ce qu’ils font.

    « Un monde où tout est stone » ca serait pas plus mal que celui qui est imbibé d’alcool, avec ses violences, ses cirrhoses, ses contre sens mortels sur l’autoroutes. Le cannabis rend stone mais plus dans le sens « peace and love » à mon sens. On ne peut pas dire que ce serait meilleur ou pire avec le cannabis légalisé tant qu’on ne l’a pas testé. On peut légaliser le cannabis tout en restant intraitable et impitoyable sur les dépistages conducteurs. Il y aurait surement des accidents, mais de toute façon le chiffre zéro n’existe pas, la nature a horreur du vide: sans alcool et sans cannabis il y aurait des morts sur les routes, des violences, etc… et on trouverait vite des drogues de substitution (c’est dans la nature humaine) .

    Fort heureusement nos politique nous protègent de ce détour qui leur parait suicidaire. Merci de se soucier autant de notre santé cela m’émeut au plus haut point.

    ps: Pour revenir à la prostitution: L’hypocrisie est encore plus grande voire faussée car c’est son interdiction qui plonge ce secteur dans l’insalubrité, les violence, les maladies, la traite humaine, l’esclavage…etc. Et on nous dit qu’on ne peut légaliser par « respect » pour les droits de la femme… C’est le comble non?

    • leblogdalexa says :

      Quand tu parlais de légaliser les drogues, tu ne parlais que de cannabis en fait? Moi ce que je comprends surtout, c’est que comme tu en es consommateur, forcément ça te plairait bien que ça soit légaliser… 😉 (Ceci n’est pas une critique!) Personnellement je suis contre pour plusieurs raisons: Pourquoi autoriser une nouvelle drogue sur le marché?
      Les gens se feront pas plus attention à leur consommation, voir même moins, qu’avec l’alcool avant de conduire puisque les effets sont moins violents.
      Les substances chimiques provenant du cannabis sont présents dans l’organisme pendant plusieurs mois.
      Et enfin, tous les fumeurs réguliers depuis l’adolescence que je connais sont apathiques. Cela est peut-être dû au fait que sa consommation a des conséquences directes sur le développement du cerveau…

      En ce qui concerne les autres drogues non légales, si elles étaient autorisées, on rigolerait bien quelques semaines et ensuite on mourrait de faim. Ben oui on peut pas être décalqué et être productif de manière générale…

      Bref pour en revenir aux drogues légalisées, l’alcool a des conséquences sur la santé, je ne le nie pas. Et effectivement il sert de soupape aux consommateurs afin d’évacuer le stress. Quand à la cigarette, qui se rapproche davantage du cannabis, il est à mon avis très difficile de l’interdire de façon brutale. Et je ne suis pas d’accord avec toi sur le fait qu’informer les gens des conséquences de sa consommation sur la santé ne donne pas de résultat! Au contraire. Je ne compte plus le nombre de gens qui arrêtent pour retrouver des poumons sains. L’éducation est, selon moi, la clé et non pas les sanctions. Comprendre les conséquences prévaut sur la peur du gendarme.

  5. guillaume says :

    Je ne fume pas et ne boit pas tel la devise grec « un esprit sain dans un corps sain » lol. Je veux seulement mettre en avant des comportements controversés de nos politiques. Mais à ce niveau il y a toujours une part de bien et une de mal dans chaque décision que l’on prend. J’ai beaucoup parlé du cannabis parce que c’est THE exemple en vogue en effet on en a même fait un argument pour les présidentielles.

    Mais là tu prends vraiment les gens pour des irresponsables (non mais!): Tu confonds légaliser le cannabis et inciter à sa consommation. L’alcool est légal et les gens ne sont pas torchés du matin au soir: il y a la France qui se lève tôt, qui travaille, est majoritaire, et qui comme moi ne pollue pas son corps au ricard et ne se ballade pas avec une bouteille de jaune sur lui en criant « génial c’est gratuit » (sauf pendant les fêtes bien sur 😉 ). La très grande majorité des gens préfère s’insérer dans la société, construire son avenir et une famille, cotiser pour la retraite etc… Et si le cannabis est légalisé ils le consommeront avec modération voir pas du tout pour beaucoup d’entre eux. Quand à ceux qui en abuseraient, les risques seraient les même que maintenant ( retrait de permis, perte d’emploi, d’amis, de famille même). Vraiment peu d’entre nous voudraient s’offrir un destin si peu glorieux. Quand aux irresponsables dont tu dois vouloir parler, ils sont déjà complètement stone à l’heure ou j’écris donc ça ne va pas changer grand chose pour eux.

    Les effets sont moins violents: tu viens toi même de dire que le cannabis rend les gens antipathiques, lents, à 2 de tens’ comme on dit dans le jargon lol . Ca te bouffe les cellules du cerveau et il faut une looooooongue cure à l’eau minérale pour s’en remettre. Je pense que ses effets sont pires que l’alcool dans certains cas car avec 2 de tens’ c’est difficile d’éviter mammy qui traverse le pavé et qui s’en revient toute guillerette de la guinguette du coin. Ils suffit de pénaliser et de contrôler que ce soit en voiture, au travail etc… et on le fait déjà. Apres quand c’est la fiesta on se fait plaisir.

    Il y a deux substance d’importance dans le cannabis: une active qui dure peu de temps(un jour environ) et une autre INNACTIVE qui reste des semaines dans le corps. La bonne logique de ce bon vieux Descartes voudrait que l’on ne contrôle que le taux de la substance active. Mais il n’en est rien on contrôle sur les deux…. Et on peut faire de la garde à vu voire plus pour un joint fumé 3 semaines plus tôt.

    Tu dis qu’il est difficile d’interdire la cigarette: parce qu’il y à trop d’accrocs? Parce qu’il y aurait trop de drogués l’état leur ferait une fleur en clamant: « je serai bon, je ne l’interdit pas tout de suite, mais je vais augmenter le prix régulièrement pour que vous vous en dissuadiez vous même. Non non ne me remerciez pas c’est naturel. » Un grand LOL. Si le tabac est si mauvais, rend les poumons noirs, les dents jaunes et provoque le cancer, alors on l’interdit comme le cannabis. Mais les lobbies, les lobbies…

  6. Euterpe says :

    Maintenant les femmes (mais pas celles qui se prostituent dont 90% veulent, au contraire arrêter, non, les autres, celles qui n’ont jamais crevé de faim ni de misère, jamais subi de maltraitances sexuelles depuis l’âge le plus tendre, jamais fait que débattre sur des sujets auxquelles elles ne connaissent rien du tout)
    veulent que d’autres femmes continuent à se prostituter (mais hygiéniquement hein, des fois que bobons (féminin de bobonnes) ramèreraient des sales maladies à la maison (les prostitueurs sont majoritairement mariés et pères de famille),
    les hommes (les vrais pas les prostitueurs qui sont une minorité comme je l’ai déjà dit)
    ne veulent plus de la prostitution :
    http://zeromacho.eu/

    Sans doute que ce ne sont pas vraiment des hommes aux yeux des belles prostitueuses nanties prêtes à tenir la chandelle et qui veulent surtout conserver leur petit confort pépère des fois que bobons ramèneraient des maladies, comme je l’ai dit plus haut…
    Bravo l’empathie envers les femmes qui souffrent !

    • leblogdalexa says :

      Donc si je comprends bien ton raisonnement, il faudrait continuer à interdire la prostitution afin que les réseaux de proxénétisme puissent continuer leur juteux marché et maintenir ainsi les prostitués dans des conditions déplorables. Et donc continuer le fier partage des maladies. Réjouissant.

      Je crois que si le plus vieux métier du monde a traversé tous les âges et est encore aussi rentable aujourd’hui, c’est uniquement parce qu’il y a une demande. Alors quand tu me dis que les « vrais » hommes n’en veulent plus, laisse moi rire! Car tous les hommes n’ont pas accès à une sexualité épanouie. Je pense aux handicapés, aux personnes âgées, aux très grands timides…

      Par contre là où je te rejoins, c’est sur le fait que beaucoup voudraient arrêter. Et effectivement, un programme d’aide à ces femmes seraient une excellente idée. Afin que la prostitution soit un choix réel. Car oui je suis convaincue que certaines le choisissent de façon délibérée, tout comme les actrices de films pornographiques. Oui, c’est un métier qui peut rapporter beaucoup…

  7. Euterpe says :

    Premièrement : il faut arrêter avec le mythe du « plus vieux métier du monde » car c’en est un. On peut parfaitement dater quand cela a commencé et ce c’est loin d’être aussi vieux que l’humanité, comme on le prétend.
    Deuxièmement : les réseaux de proxénétisme prospèrent surtout dans les endroits où la prostitution est tolérée voire quasi légalisée (je pense á l’Allemagne où je vis).
    Troisièmement : la clientèle, on le sait correspond à une minorité d’hommes et non une majorité, c’est comme ça. il y a assez eu d’études qui le prouvent.
    Quatrièmement : l’argument de l’handicapé est particulièrement odieux car qui parmi les gens qui l’utilisent serait d’accord pour se sacrifier soi-même et non demander qu’une partie de l’humanité se sacrifie ? Il faut donner les moyens aux handicapés d’avoir une sexualité amoureuse normale et non pas sacrifier la vie d’une poignée de femmes qui ont droit aux mêmes traitements que tout un chacun et à conserver leur intégrité comme tout le monde, enfin c’est incroyable !

    En résumé : toute le monde doit pouvoir manger à sa faim sans avoir à subir un fist-fucking et ses conséquences. Le droit de niquer quand bon lui semble est une invention masculine que la légalisation de la prostitution entérine. La privation de nourriture conduit à la mort, la privation de sexe à la frustration. Or, la résistance à la frustration est une question d’éducation.

    Aucun couille n’a jamais explosée jusqu’à ce jour sous l’effet de l’abstinence.

    Le mieux est de savoir ce qu’en disent les prostituées elles-mêmes et non les militants du STRASS qui sont un mouvement de soutien du proxénétisme.

    Sandrine du blog A dire d’elles a rassemblé un certain nombre de témoignages.
    http://sandrine70.wordpress.com/2012/07/12/prostitution-les-temoignages-qui-disent-la-realite-de-la-prostitution-sans-strass1/

    Une fois qu’on les a lu, on a, en principe plus jamais envie d’écrire un billet qui s’intitule « oui à la profession prostituée ».

    • Didier says :

      Mais qu’est-ce qu’elle raconte encore celle-là? La plupart de celles qui se prostituent par choix ont envie de continuer à exercer leur métier et dans de bonnes conditions. Mêlez-vous de vos affaires et foutez-leur la paix au lieu de décider à leurs places ou parler en leurs noms là.

      Faudrait savoir ce qu’on veut les féministes, ou on est pour la libération sexuelle et les formes que ça peut prendre ou on est contre mais pas les deux. On peut pas placarder des clitos sur les murs des villes, ou défiler topless dans toute l’Europe et tout d’un coup jouer les bigotes quand il s’agit de relation sexuelles tarifées.

    • Guillaume says :

      … facile de récolter des témoignages négatif… c’est ce qu’on appelle de la bonne manipulation… c’est un peu comme les médias…

  8. Hélo says :

    Soit vous êtes mal informée, soit vous manquez de manière criante d’empathie et/ou d’humanité.

    La légalisation augmente les violences contre les prostituées (et contre les femmes en général), le stigmate de « pute » ne disparaît pas, la traite des femmes augmente et est impossible à endiguer et, enfin, les réseaux mafieux-proxénètes s’en mettent plein les poches (eh! oui la loi du marché fait que les petits maquereaux/maquerelles disparaissent au profit des puissants …).

    http://www.lemonde.fr/style/article/2011/12/23/pays-bas-flop-de-la-legalisation-de-la-prostitution_1621755_1575563.html

    Votre position est gerbante, réactionnaire, bourgeoise, raciste et misogyne si elle n’est pas le résultat d’une mésinformation …

    • Guillaume says :

      un peu de culture :

      Le racisme est un système de théories et de croyances individuelles ou collectives selon lesquelles il existe des « races » dans l’espèce humaine et une hiérarchie entre elles. Les individus sont réduits à un ensemble de critères identitaires considérés comme spécifiques et sur lesquels il est porté des jugements de valeur : inférieurs, nuisibles…

  9. leblogdalexa says :

    @Euterpe:
    Puisque vous voulez pinailler, la prostitution est connue au moins depuis l’Antiquité. Effectivement on aurait du mal à savoir si ça a existé avant et je pense que vous savez pourquoi.
    Pour finir sur les clients, oui il a aussi des gros vieux dégueulasses comme des pères de familles tout ce qui a de plus respectable au premier abord. Comme vous l’avez si subtilement dit « tout le monde doit manger à sa faim ». Effectivement on prône la nécessité d’avoir une vie sexuelle épanouie. C’est devenu très important ces derniers temps. Soit. Je pense que certains vont devoir attendre un moment…
    Je suis allée lire les commentaires de l’article que vous avez mis en lien. Premier ressenti: comment certains pays arrivent à faire parti de l’Europe en ayant de tels comportements? Enlever des jeunes filles, les menacer du pire pour en faire des esclaves? Car ils bénéficient bien de l’aide financière de la communauté et ne sont pas inquiétés. Ensuite concernant les Françaises qui se prostituent, de manière générale j’ai pu remarqué que personne ne les a menacé de les tuer et de tuer toute leur famille pour le faire. Misère sociale oui. Facilité aussi. Il a donc un choix dès le départ.

    @ Hélo
    Position gerbante: si vous voulez
    Position réactionnaire: je ne souhaite pas revenir en arrière, mais plutôt qu’une décision soit prise.
    Position bourgeoise: je ne crois pas
    Position raciste: je ne vois absolument pas le rapport!!
    Position misogyne: je ne méprise ni ne hais les femmes. Je souhaite juste qu’on nous laisse le choix.

    Pour conclure, si ce choix n’est pas le vôtre, j’aimerais juste que vous proposiez une solution qui fasse disparaitre complètement la prostitution, car c’est ce que vous souhaitez il me semble. Car la diminuer consiste juste à la cacher sous le tapis pour moi.

    • Euterpe says :

      Je ne veux pas « pinailler », je souhaite qu’on arrête avec le refrain ringard du « plus vieux métier du monde » (un refrain beaucoup plus vieux que vous ça c’est certain) métier qui ne peut pas être la prostitution pour la bonne raison que ce sont les métiers liés à la bouffe qui sont les plus vieux du monde ! Cette appelation est donc tout simplement celle que donnent communément les ignorants à la prostitution POUR LA JUSTIFIER.
      Et même si vous vouliez insister absolument sur ce point, ce qui est très vieux n’est pas non plus à conserver absolument surtout si c’est de l’ordre de l’esclavage, si ?
      « Il y a aussi de gros dégueulasses » : non, il n’y a QUE (queue) des gros dégueulasses ! Les autres ne paient pas pour avoir des relations sexuels.
      Ils se branlent ou cherchent à séduire quelqu’une ou attendent que l’envie leur passe.
      « Effectivement on prône la nécessité d’avoir une vie sexuelle épanouie » : depuis quand une sexualité épanouie passe par le fait de payer des services sexuels ? Moi je ne comprends pas « exploitation des autres » dans les termes
      « vie sexuelle épanouie », désolée !! Drôle de conception de la sexualité épanouie !
      Tenez, un petit article choc pour vous décillez les yeux car comme le dit
      Hélo vous êtes très réac. Si réac d’ailleurs que l’on croit causer à son grand-père.
      http://blog.monolecte.fr/post/2010/04/22/Des-putains-et-des-hommes

      (Je ne sais pas ce que vous allez encore conclure de cet article très explicite mais les témoignages que j’avais mis en lien précédement étaient là pour vous faire comprendre que le mythe de la prostituée consentante est un MYTHE justement).

  10. guillaume says :

    On ne m’enlèvera pas de l’esprit que la légalisation de la prostitution serait une amélioration. Si en Allemagne, aux pays bas ou dans tout autre pays qui l’autorise les réseaux mafieux prospèrent en marge des bordels « déclarés », c’est que la loi est mal faite ou mal appliquée.

    Si on légalise les bordels alors il ne faut plus tolérer celle des trottoirs c’est une évidence sinon ça n’aura fait que créer un commerce rentable de plus. Or on veut abolir la traite humaine avec cette mesure. On pourrait alors punir sévèrement le consommateur qui ne va pas au « bon » bordel mais derrière la gare sncf, et ainsi faire disparaître progressivement les filières clandestines.

    Actuellement ce n’est pas le cas, on ne punit pas le consommateur et c’est étrange. On dit que c’est mal, que c’est de l’esclavage, qu’on ne l’autorisera pas… mais on voit bien que c’est toléré. Les filles sont visibles même de jour, dans des endroits assez fréquentés. Si la police arrive, procès verbal, amende pour racolage(l’état remplit donc ses caisses avec l’argent qui a servi a financer le milieu) et nuit au poste. et les maquereaux emprisonnés sont vite remplacés.

    Donc évidemment qu’il ne faut pas faire dans la demi mesure. Il faut être très sévère envers le consommateur, et envers le fournisseur encore plus. Si on ne l’est pas assez on ne le découragera pas suffisement.

    Là ce serait efficace. Mais c’est à mon sens utopique car celui qui veut aller aux putes veut bien souvent être incognito. Dans les bordels il y a plus de risques d’être repéré, fiché, filmé que dans la rue ou un hôtel miteux. sans compter que ça fait faire un sacré détour quand on est pressé.

    De plus dans notre société tolérante on n’accepterait pas que quelqu’un prenne de la prison, soit fiché aux services de police, au même niveau que le braqueur d’épicerie juste pour être allé voir les putes. Vous me direz que c’est pourtant le cas pour les personnes conduisant sous l’effet de drogues ou commettant des excès de vitesse de plus de 50 km/h. Ceux là sont punis comme les pires criminels. Donc ca pourrait se faire mais il faudrait faire rentrer dans les moeurs dès l’école que la prostitution c’est mal, avec des spots tv, tout comme on le fait pour la sécurité routière.

    Quand on veut interdire le passage, mettre des barrieres,on peut: cela est vrai lorsque la barriere n’empiète pas sur le jardin du voisin car notre liberté s’arrete là ou commence celle des autres. S’il conteste je dois en tenir compte. Par exemple on voudrait intervenir en Syrie mais la russie nous en empeche car c’est un voisin ne sont pas contestés par qu. Surtout quand c’est un sujet qui touche à la dignité de la femme, aux droits de l’homme. Donc si on dit qu’on interdit et que ça ne s’arrête pas, c’est que l’on interdit pas vraiment. et Si c’est toléré c’est que d’autres puissances font obstacles. Peut etre des lobbies douteux…

  11. leblogdalexa says :

    @ Guillaume
    Effectivement si on veut condamner la prostitution, pourquoi ne punir que les clients? Soit c’est interdit soit ça ne l’est pas. Et comme toi je pense que c’est utopiste…

    @Euterpe
    Donc, quelle est votre solution? Que proposez-vous concrètement?

  12. Euterpe says :

    En Allemagne, on ne sait plus comment faire marche arrière parce qu’on compris que tolérer ce « commerce » est une erreur totale. à partir du moment où on légalise ou seulement tolère cela, on voit des chefs d »entreprise s’installer et se faire concurrence les uns les autres comme n’importe quelle industrie, coter en bourse leur bordel etc.. et que se passe t-il ? Les prix sont tirés vers le bas et les filles doivent faire des cadences infernales pour des prix dérisoires. C’est tout simplement dégueulasse.
    Comme beaucoup de filles sont étrangères et n’ont pas de permis de séjour et qu’il n’y a pas de contrôles parce que les maires ferment les yeux par complaisance, trop content d’avoir une industrie sur leur commune qui paie des impôts locaux importants. Alors quand un « chef d’entreprise » (en fait des proxénètes mais que l’on appelle autrement) veut se débarrasser d’une fille, il la dénonce à la police comme sans permis de séjour et le tour est jouer. Voilà pour leur protection. De plus, beaucoup d’habitants de petites communes ne voulant pas voir s’installer ces grands bordels chez eux (comment expliquer aux enfants ce qu’on appelle pudiquement l' »industrie du sexe » et toute cette dégueulasserie ?) sont obligés de faire des pétitions etc.. S’il n’y en avait pas tout plein à faire cela on en aurait déjà dans toute l’Allemagne. Et, comme dit, c’est l’offre qui finit dans ce cas par faire la demande. Il y a carrément des pubs sur les bus pour des bordels (à Berlin en particulier).
    Alors l’Allemagne songe à voter des lois qui donnent quelques armes à la police pour mettre le nez dans ces bordels et les faire fermer l’un après l’autre ou du moins empêcher l’implantation d’autres bordels.

    On ne peut tout simplement pas légaliser une activité telle que celle-là,
    c’est évident.
    La légalisation ne donne aucun contrôle sur le proxénétisme. Au contraire, elle enlève tout contrôle sur lui en faisant du proxénète un chef d’entreprise comme les autres et la prostituée une ouvrière du sexe contrainte à des cadences d’usine pour un salaire de misère comme dans une industrie lambda. C’est tout à fait intolérable.

    • leblogdalexa says :

      Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi la police ne profite pas du fait que ça soit légaliser pour pouvoir contrôler de façon drastique. Il me semble que c’est le but premier de la légalisation. Et finalement, plus on en discute, plus il me semble qu’aucune des solutions envisagées n’aura de réels résultats car trop de personnes touchent de l’argent grâce à ce marché.
      Si on légalise, l’État gagnera de l’argent et donc sera moins enclin à vérifier. Si on pénalise, toutes les personnes impliquées dans ce marché vont faire pression sur l’État et les forces de police pour pouvoir passer entre les mailles du filet.
      Dans mon monde idéal, les prostitués qui le souhaitent pourraient se déclarer en temps qu’auto-entrepreneur et organiseraient leur temps de travail comme ils le souhaitent. Dans mon monde idéal, un programme d’aide leur serait proposer afin qu’ils puissent en sortir s’ils le désirent.
      Et dans mon monde idéal, les hommes politiques arrêteraient d’être hypocrites sur ce sujet…

  13. Euterpe says :

    Il existe un modèle : le modèle suédois :

    « trop de personnes touchent de l’argent grâce à ce marché » : donc il faut les criminaliser. Il n’y a rien d’autre à faire !
    Il faut lire ce dont rêve cette ex-prostituée, bien placée pour savoir de quoi on parle et qui lutte aujourd’hui pour faire comprendre aux gens comme vous ce qu’est la prostitution : http://sisyphe.org/spip.php?article4069

    Et il faut arrêter de parler de la prostitution comme d’une profession !
    Est-ce qu’une petite fille rêve d’être prostituée ? Est-ce qu’il existe des mères
    qui rêvent de voir leur fille tailler des pipes et se faire enculer toute la journée par des inconnus qui les paient pour quelque chose qui devrait rester dans le cadre de l’amour, du consentement, du désir et du plaisir partagé ?

    Il faut ouvrir les yeux, là et arrêter de rabâcher tout le temps la même chose.

    La prostitution n’est pas une « profession ».

    • leblogdalexa says :

      Non c’est vrai vous avez raison, les mères rêvent que leurs filles fassent un vrai métier, comme femme de ménage, hôtesse de caisse ou encore dame-pipi. Un vrai métier avec de belles valeurs en somme.

    • Didier says :

      « Il existe un modèle : le modèle suédois :  »
      Oh la vilaine elle nous a pas tout dit encore une fois.

      Figure-toi que les résultats de ton modèle suédois (où d’ailleurs je te conseilles d’aller tout simplement habiter si c’est pas déjà fait toi et les tiennes); ça nous donne un territoire qui se classe 2è pays au monde où il y a le plus de viols (20 fois plus en comparaison d’autres pays!).

      Elle répondra pas biensur, mais il faudra bien un jour ou l’autre qu’elle et les personnes dans son genre se réveillent et soient un peu plus pragmatique au lieu de se gorger de bouquins féministes utopistes.

  14. guillaume says :

    C’est vrai que tout le monde ne peut pas, loin de là, avoir un métier reconnu, bien payé. Le simple fait d’aimer son travail est déjà un luxe. Il y a beaucoup de métier au smic qui embauchent sans compétences. C’est pénible, usant, déprimant, pas reconnu. Alors que dans les bordels les filles touchent 3000 euros en une semaine. Après c’est dur de retourner faire le ménage. Donc beaucoup de filles se prostituent par choix.

    Après il y a les filières clandestines: Des filles qui ont préféré abandonner leur famille et une vie misérable pour suivre un charmant maq’ qui leur promet le bonheur en occident. Elles déchantent vite: sans papiers, sans le sou, elles sont vite obligés de faire le trottoir. Ou sinon elle peuvent être exploités d’une autre façon, en tant que travailleurs non déclarés à 3 euros l’heure, 12 heures par jour. Mais bon je ne suis pas sur que cela soit meilleur Du point de vue moral et sanitaire.

    Le problème, c’est donc la misère qui pousse ces filles à venir chez nous dans l’illusion d’une vie meilleure, et les mafieux qui font un business de cette faiblesse. Ce sont eux les ennemi et pas les ‘gens comme nous’. Car on sait bien qu’on va pas tout changer avec des mots. Même nos politiques ne le peuvent pas. Et toi Euterpe tu ne vaux pas mieux que nous. tu te conforte dans l’idée que tu es meilleure, une sainte au milieu des méchants ignorants. C’est classique quand on est impuissant à défendre une cause on rejette son échec sur les autres, à la manière d’un enfant qui rend responsable ses parents de tous ses malheurs.
    Le mieux que tu puisse faire c’est informer les gens, mais ont ils le temps, l’envie, l’empathie suffisante pour se joindre à tes idées. Tous les jours on nous dit qu’il y a 40 mort en Syrie et on ne fait rien…

    Le seul moyen c’est de punir très sévèrement le consommateur. Plus de demande, plus d’offre.

  15. Euterpe says :

    « Non c’est vrai vous avez raison, les mères rêvent que leurs filles fassent un vrai métier, comme femme de ménage, hôtesse de caisse ou encore dame-pipi. Un vrai métier avec de belles valeurs en somme ».

    Quelle réflexion de grosse maline, vraiment !!!
    Femme de ménage, hôtesse de caisse ou dame-pipi, vous dites ? Et pourquoi pas prostituées, à votre avis ?

    Pourquoi des femmes font ces jobs-là alors qu’elles pourraient têêêêlllllllement se faire de thunes en se prostituant et que là non plus on n’a pas besoin d’avoir été à l’école pour ?
    Vous êtes vous seulement posée la question (je veux dire : intelligemment) ?

    Non, visiblement c’est trop subtil pour vous. Alors je vais vous le dire puisque vous n’avez pas lu le lien de Sisyphe : il leur manque d’être assez cassées pour se faire tripoter volontairement par un tas de dégueulasses pendant le restant de leur vie, miss neuronefree !
    Pour préférer gagner 20 centimes d’euro par chiotte nettoyé plutôt que 50 € une pipe c’est que l’on a pas trop envie de servir d’essuie-sexe au premier quidam venu et que l’on préfère encore laver derrière eux quand ils sont déjà loin, non ? Même si on est obligé pour ca de se nourrir de boîte de petits pois toute la semaine et de dormir dans un placard à balai !
    Au lieu de capter ce principe vous tirez des conclusions qui marchent sur la tête.

    Franchement, vu votre engouement pour le « métier » de prostituée je vous conseille fortement de vous prostituer vous-même. Pourquoi vous ne le faites pas ? C’est un job taillé pour vous puisqu’il a l’air de tant vous plaire et de vous faire tellement fantasmer ! Alors, quand est ce que vous commencez ? Vous allez vous faire un max de thunes en faisant rien que de tailler d’excellentes pipes et prendre d’excellents coups de queues du matin au soir par tout un tas de bonhommes charmants genre Hugh Grant (si.si, c’est sûr)) et cela sans arrêt tous les jours (un petit sandwich de temps en temps quand même) ! Vous allez être très riche comme Zaya et démarrer votre collec de modes. Ce sera trop top et votre maman va vous féliciter d’avoir plutôt choisi ce job que dame-pipi parce que c’est quand même plus style !

    Aujourd’hui on fête les 115 ans de la naissance de l’aviatrice Amelia Earhart.
    Mais ca c’est pas un job dont on va causer ici, hein. Une mijaurée celle-là !
    Une fille c’est juste fait pour se faire enfiler ou passer la serpillère.

    • leblogdalexa says :

      Vous allez exactement dans mon sens. Celles qui sont hôtesse de caisse ou encore dame-pipi ont choisi de ne pas gagner plus en devenant prostituée.
      Quand à celles, comme Zahia, qui aiment l’argent, elles font leur propre choix. Il me semble que cette dernière préfère se faire « enfiler » plutôt que de passer la serpillère. Et pourquoi pas après tout?

  16. Didier says :

    C’est bien ce que je pensais Euterpe n’a rien comme solution concrète efficace, que de la poudre au yeux ou de l’utopie.
    En plus ce n’est même pas juste comme mesure, il me semble qu’il faudrait pénaliser le client et la prostitué, comme pour la drogue où les consommateurs et les revendeurs le sont.

    La prostitution est un travail rémunéré, c’est donc une profession.

    L’argument des aspirations des parents pour leur enfant est démagogique. C’est comme si on interrogeait des parents pour savoir s’ils aimeraient que leurs enfants deviennent homosexuels; 90% diraient que non. Devrait-on alors mettre les homos en prison?

    Parlons franchement Euterpe, c’est la dissymétrie homme/femme qui te gène dans la prostitution, le fait qu’il y ait plus de prostitués femme et plus de clients homme.

    La vérité c’est que les personnes comme Euterpe sont des petites machos qui ne s’assument pas. Les femmes seraient libre de faire ce qu’elles ont décidé pour elles. Leurs avis, leurs choix, leurs désirs n’ont aucune importance, il s’agit juste de recruter le plus possible de genosse pour aller faire la guerre aux méchants hommes.

  17. Euterpe says :

    Comme si Zahia avait choisi de tomber sur un footeux célèbre !!! Encore dans l’image d’Epinal et le cliché de comptoir de bar, comme d’habitude !

    C’est le client qui choisit, non ? Coup de bol inespéré pour se sortir de la prostitution pour Zahia déjà entraînée comme mineure dans la prostitution (c’est dire comme elle a choisi de se faire enfiler!).
    Tiens, elle ne se prostitue plus ? Elle ne fait plus de pipes ? Elle ne se fait plus enfiler ? Comme c’est étonnant ! Un métier si épatant ! Curieux qu’elle l’ait lâché, non ?

    Au Canada aussi on tente d’empêcher que des dégueulasses profitent de la misère féminine. D’ailleurs le modèle suédois est quasi-identique au modèle canadien : décriminaliser les personnes prostituées et s’assurer de pallier à des facteurs comme la pauvreté de façon à ne pas pousser les femmes en tant que classe dans cette activité.
    En fait, la Suède avait procédé, avant d’adopter sa loi et pour une longue période, à une décriminalisation totale de tous les aspects de la prostitution. Lorsque les législateurs ont constaté que cette mesure ne donnait pas réellement les résultats promis par les partisans de cette décriminalisation, ils et elles ont adopté le modèle canadien en y ajoutant une disposition sexospécifique d’interdiction d’achat de services sexuels, afin de réduire la demande de tels services.

    À ce jour, c’est le seul modèle à s’être avéré efficace.

  18. guillaume says :

    Une pute de luxe tu veux dire. Beaucoup pensent de façon misogyne que toutes les femmes le sont. Après tout les femmes cherchent toutes la sécurité, à se caser. un millionnaire très moche est moins charmant qu’un millionnaire très moche. Bien sur je crois toujours au coup de foudre et à la passion désinteréssée(surtout dans les bouquins), mais y a t-il un fond de vérité? Je sens que je vais me faire des ennemies…

  19. guillaume says :

    En fait je voulais dire qu’un smicard très beau est moins charmant qu’un très moche millionnaire. 1000 plates excuses.

  20. Euterpe says :

    « Zahia est toujours prostituée à ce jour mais de façon exclusive… Mais ce n’est qu’un détail ».

    Oh le gros mensonge ! C’est pour plaire aux deux intervenants qui essaient de s’immiscer dans la conversation que vous vous mettez à mentir ? Qu’ils ne s’imaginent que je les lis (comme vous êtes une petite nouvelle sur le web, je vous signale que le nom de Didier y est hyperconnu comme celui d’un nase particulièrement con et agressif si bien que je ne lis aucun commentaire signé Didier et tant pis si ce n’est pas lui).

    Et si cela était : être prostituée EXCLUSIVE est sans comparaison avec ce que vivent 99% des prostituées ! Ce n’est donc pas un détail, miss fut’fut’ !
    C’est même la situation que vit un certain nombre de femmes mariées à travers le monde…

    Apparemment Zahia démarre une belle carrière de styliste, ce qui prouve que cette fille a failli perdre ses talents aux services des pipes, des sodomies et autres fistfucking du fait d’être pauvre et analphabète. 70 % des pauvres dans le monde sont des femmes et les deux-tiers des analphabètes dans le monde sont également des femmes.
    Et des proies rêvées pour la prostitution.

    Un bel article sur Zahia :
    http://www.lesinrocks.com/2012/02/01/actualite/zahia-lex-call-girl-qui-voulait-devenir-une-icone-mondiale-113226/

    • leblogdalexa says :

      Le gros mensonge? Parce que vous la connaissez personnellement? Bizarre, mes sources ne m’ont pas donné les mêmes infos… Pour le détail, ça n’avait rien à voir avec ce qu’elle fait actuellement mais plutôt par rapport au débat que nous avons.
      Quand à Didier, effectivement vous vous trompez. Et il serait peut-être correct de leur répondre, puisqu’ils s’adressent à vous directement…

  21. Spi says :

    J’ai parcouru très rapidement, et je n’ai pas grand chose à ajouter au débat. Personnellement, je trouve que c’est sans doute une bonne idée si les gens qui exercent ce métier (et le font par choix) sont mieux traités. Mais ça n’a pas l’air si simple.

    Moi, ce que je trouve marrant, c’est que comme d’habitude, dans un lot d’arguments bien écrits, certains se laissent aller à l’émotion. J’aime beaucoup : « Votre position est gerbante, réactionnaire, bourgeoise, raciste et misogyne si elle n’est pas le résultat d’une mésinformation … » Oui, et encore, personne ne sait que tu manges des enfants. 😀

    • leblogdalexa says :

      Chuuuuuut! Ne charges pas ma charrue! 😉 Elle est déjà bien pleine comme tu l’as remarqué…
      Pour en revenir au sujet, effectivement on veut tous que les conditions « des personnes qui exercent ce métier » (ah donc pour toi aussi c’est un métier?) s’améliorent mais on a tous une vision différente de la façon de le faire.

  22. alexander Bizbiz says :

    Guillaume, je te connais pas mais je t’aime bien! 🙂 Président

    Euh! Sud ouest serait presque pour!!!
    http://www.sudouest.fr/2012/08/04/a-la-frontiere-la-luxure-des-auberges-espagnoles-786838-719.php#xtor=EPR-260-%5BNewsletter%5D-20120804-%5Bzone_info%5D

    J’espère seulement que tu tournes pas trop mal, en plus dans ce milieu il y a pas mal de drogue, normal métier de merde, comment peut on enchaîner les corps à corps sans une pointe d’amour? L’amour propre en prend un coup, non? Et c’est souvent, comme pour Mac Kain, que ceux qui en dise le moins en font le plus.

    Bisous girl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :