Archive | Politique RSS for this section

François Hollande et la poudre aux yeux

Avez-vous remarqué l’habileté de notre nouveau gouvernement? Non? Pourtant ils excellent dans l’art de nous jeter un os à ronger pendant qu’ils font passer de nouvelles lois. Il suffit de glisser l’air de rien un avis tranché sur un sujet oh combien polémique et hop! On ne parle que de ça! Oubliée la hausse des taxes. Quelques exemples pour vous en convaincre: le mariage gay, la dépénalisation du cannabis, l’ouverture de chambres de shoot, le droit de vote des étrangers…
A chaque fois, une personne du gouvernement fait une « gaffe » en affichant ouvertement une opinion sur le sujet. Et puis, elle se fait taper sur les doigts et se range gentiment dans les rangs. Évidement, la presse s’empresse de lancer un débat sur le sujet. Ces sujets sont intéressants, ils passionnent la population. Et surtout ils font vendre! Les médias s’en donnent en cœur joie.

Et c’est bien là tout le problème. Les médias veulent vendre avant même d’utiliser leurs esprits critiques. Sous Sarkosy, la TVA sociale a été la cible de la Gauche. Or que vient de décider le gouvernement? D’augmenter la TVA! Et là personne ne rouspète dans les journaux. Justement parce qu’ils ont d’autres sujets beaucoup plus croustillants.

 

 

 

 

La vérité économique des OGM

Depuis l’étude sur les OGM sortie récemment, la France n’a jamais eu aussi peur de ces Organismes Génétiquement Modifiés. Pourtant je pense que beaucoup ne savent même pas ce que c’est concrètement ni même quels en sont les intérêts. Il est donc facile de les influencer avec une expérience qui est clairement orientée pour obtenir les résultats visibles sur cette photo:

Avant de parler des biais connus de cette étude, j’aimerais juste faire un point sur ce que sont les OGM. Prenons l’exemple du maïs. La plante naturelle est souvent envahie de parasites tels que la pyrale. Il s’agit d’une chenille qui creuse des galeries dans les tiges et les épis. Cet insecte est sensible à la toxine Cry1Ab naturellement produite par une bactérie qui stoppe l’activité digestive de cet insecte et donc le tue. Les chercheurs ont donc inséré dans le génome du maïs un gène qui code la production de cette toxine. Ainsi le pied de maïs se défend par lui-même. Il est à noter que cette toxine n’a pas d’action sur les autres organismes, si ce n’est les chenilles des autres espèces et que seules les parties vertes en produisent. On peut également ajouter un gêne qui rend le maïs insensible aux herbicides, afin de traiter le champ contre les mauvaises herbes sans endommager la culture. Nous obtenons donc un maïs qui produit une toxine inoffensive pour l’Homme et qui est résistance aux herbicides.

Maintenant que nous avons défini ce qu’est un maïs OGM, essayons de comprendre pourquoi certains agriculteurs sont contre sa culture. Tout d’abord, le fait de tuer les chenilles sensibles à la toxine, a favorisé le développement des chenilles insensibles. Ainsi il devient plus difficile de les tuer. Malheureusement ceci est le cas de tous les pesticides. Il faut sans cesse innover pour arriver à se débarrasser des nuisibles qui deviennent de plus en plus résistants. Bien sûr il existe des alternatives plus écologiques qui prônent la rotation des cultures. Mais devant la demande grandissante, notamment en viande puisque le maïs est destiné en priorité aux animaux,  le rendement sera-t-il suffisant? Une agriculture biologique devra aller de pair avec une consommation intelligente. Pourtant on en est loin…

Voilà pour les arguments classiques. Il en existe pourtant d’autres qui sont purement économiques. Tout d’abord il faut savoir que quand un agriculteur achète des graines OGM (qui proviennent d’un très grand groupe avec un immense lobbying), il n’en devient pas propriétaire. Il ne peut les céder à un tiers et elles sont souvent stériles, afin qu’il en rachète l’année d’après. De plus, si lors d’un contrôle ce grand groupe s’aperçoit que le voisin de cet agriculteur a des pieds de maïs OGM mais qu’il n’en a pas acheté, la société a le droit de lui réclamer l’arrachage des pieds en question. Ce maïs reste la propriété de l’entreprise! Or il est facile au pollen de s’envoler à quelques kilomètres pour ensemencer un champ voisin. Enfin ce champ peut être certifié bio, donc sans OGM et être contaminé.

Nous sommes donc dans une logique purement économique, et non sanitaire.

Parlons maintenant de l’étude citée plus haut. Elle a été financé en partie par de grands groupes, tels que Auchan ou Carrefour. Notons que Carrefour a fait de sa lutte anti-OGM sont crédo depuis 15 ans. Merci à eux de penser à nous et à notre santé (et à leur porte-monnaie). Pour faire une étude qui soit la plus exacte possible, il faut un minimum de cobayes qui sont ici des rats. Ils en ont utilisés 200 alors qu’il en aurait fallu 1000. Cela implique une augmentation des incertitudes. De plus, ils ont utilisés une espèce de rats qui a une tendance naturelle à développer des tumeurs mammaires. Enfin, ils leur ont donné à manger du maïs OGM qui a été arrosé au Roundup. Pour résumer, ils ont donné à des rats facilement malades du poison pendant 2 ans. La durée de vie des rats est de 2.5 à 3 ans. Les résultats vous étonnent-ils toujours autant? On ne peut pas incriminer le maïs OGM comme principal responsable de ces tumeurs. Les facteurs environnementaux influencent hautement leur développement. De plus, si l’effet du Roundup sur le maïs veut être tester, il faut tenir compte du fait que nous le « consommons » par le biais de la viande ou du lait principalement. Les quantités sont donc nettement inférieures à celles testées.

Cet article n’a pas pour but de défendre la production de maïs OGM mais simplement de restituer les choses à leur place. Même si la culture de ce maïs n’est pas autorisé en France, nous en consommons par l’importation, qui elle, est autorisée. Alors arrêtons l’hypocrisie et allons au bout de notre raisonnement: autorisation ou interdiction totale.

Oui à la profession « prostitué »!

Il y a deux semaines, la ministre des Droits de le Femme, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé qu’elle souhaitait voir disparaitre la prostitution en France. En effet, selon elle, il s’agit d’une forme d’exploitation de la Femme. Et si justement, le fait que la profession « prostituée » ne soit pas reconnue comme telle, en faisait une sorte d’esclavagisme? Car, sans contrôle de l’État, comment pouvons-nous savoir si ces femmes se prostituent par choix ou par proxénétisme?

Najat Belkacem, Ministre des Droits des Femmes

Personnellement je ne vois pas de différence entre une masseuse esthétique (non kinésithérapeute) qui détend un dos tendu et une péripatéticienne qui « soulage ». Les deux utilisent leur corps pour le bien-être du client. Or la première travaille dans un centre de soins et est reconnue alors que la seconde doit en général officier dans des endroits pas toujours sains et sûrs.

Il y a pourtant une voie simple qui me semble être la solution: l’ouverture de bâtiments dédiés à cette activité et la reconnaissance de cette profession. En effet, les travailleurs du sexe (oui il y a des hommes aussi!) pourront ainsi percevoir un salaire, comme un entrepreneur normal et paieront des impôts. Ils auront droit à la retraite et à la Sécurité Sociale. Et surtout, l’État pourra contrôler leurs activités. Deviendront illégaux tous les prostitués qui ne seront pas déclarés. On pourra ainsi mettre fin aux réseaux de proxénétisme. De plus, si on ouvre des endroits dédiés, cet échange commercial se fera dans de meilleurs conditions et les parcs retrouveront leur innocence. Enfin, les viols sur les prostitués seront enfin pris en compte. Il s’agira de viol mais aussi de vol, car le client aura profité du service sans payer la note.

Je pense qu’il faut arrêter l’hypocrisie relativement au plus vieux métier du monde. Cela a toujours existé et existera toujours. Ces personnes sont d’utilité publique. Un homme soulagé est moins agressif qu’un qui est frustré. Laissons les femmes disposer de leur corps comme elles l’entendent.

On rase tout et on recommence!

Les Français avaient envie de changement. Ils l’ont prouvé en votant pour la gauche aux dernières élections présidentielles. Bien. Mais cela signifie-t-il qu’il faut TOUT changer sous prétexte que ce qui est mis en place vient de la droite?  Est-ce que cela est forcément bénéfique et surtout quel coût cela engendre-t-il?

Premier sujet traité: l’éducation. Le ministère de l’éducation va ré-ouvrir le dossier de la semaine à 5 jours. Personnellement j’ai vécu le changement de 5 à 4 jours. Vous n’imaginez pas le travail que ça a été pour le mettre en place pour l’équipe enseignante. Les parents ont dû réorganiser tout leur emploi du temps. Bref ça n’a pas été anodin. Et là, on nous annonce le revirement de situation. Avant de se lancer, il faudrait peut-être réfléchir et demander l’avis des enseignants et des parents.

Ensuite, le ministère veut arrêter les évaluations de compétence des CM1 et CM2 qu’ils jugent incorrectes car réalisées à la fin de l’année. Pour information, ces dernières constituent une réforme phare du précédent ministre. Pourquoi ne pas les améliorer au lieu de les supprimer? Nous savons qu’il y a une problème d’apprentissage de la langue française et que cela pose des problèmes au collège. Alors connaitre le niveau moyen des petits français en Primaire me semble une bonne idée.

Deuxième sujet: la chance aux sorcières. Comprendre par là faire tomber la tête des hauts fonctionnaires nommés par la droite. La Gauche veut placer ses pions. Je suis naïve, je le reconnais, je pensais qu’on accédait à ses places par le mérite et non par l’argent qu’on donne à tel parti. Bien sûr cela marche par copinage, mais virer quelqu’un uniquement parce qu’il n’appartient pas au bon parti et non sur ses capacités je ne vois pas ce que cela à avoir avec un changement bénéfique. Pierre ou Paul ça ne change rien. Ce qu’on ne dit pas, c’est ce que touchent ceux qui partent…

Il est évident que les Français attendent beaucoup de ce nouveau gouvernement. Mais point de précipitation. Et surtout commençons par traiter les problèmes de fond, avant de soigner la forme.

La dame avec un nom de chien

Tout le monde en parle! Valérie. Elle vole presque la vedette à son Président de concubin. C’est dire.

Elle est belle, intelligente, bien éduquée, combative et amoureuse. Bref le mix parfait pour être un bon sujet de débat. Et comme son compagnon se veut un Président « normal », elle se doit d’avoir le même ton. Elle a annoncé qu’elle ne veut pas être une « potiche » à l’Élysée et désire continuer à travailler. Comme journaliste. Soit.

Ma question est la suivante: pourquoi, alors, est-elle présente dans les cérémonies officielles? Elle n’est pas l’épouse de François et ne souhaite pas endosser le rôle de Première Dame de façon classique. Très bien. Alors pourquoi devrait-on la présenter de façon officielle? Quel rôle a-t-elle?

Le couple est accueilli par la maire de Paris

Être la Première Dame implique des responsabilités et des devoirs. A mon sens, si on accepte cette tâche, on se doit de s’y consacrer entièrement. En étant au côté de François lors de son investiture, elle indique son consentement.

Madame Trierweiler, faites un choix.

Attention à votre droite!

Enfin, le premier tour des élections présidentielles est passé, nous savons quels sont les deux candidats restants. La surprise n’est pas immense, nous avons le choix entre N. Sarkozy et F. Hollande. Rien de bien original. En fait, ce qui font couler beaucoup d’encre, ce sont plutôt les résultats des candidats en 3ème, 4ème et 5ème place.

Comme chacun le sait, la 5ème place revient à F. Bayrou qui n’a pas fait une excellente campagne. Avec un score de 11.11% et donc en 4ème, nous retrouvons J-L. Mélenchon qui fait parti de l’extrême gauche. Enfin avec 17.90% des votes, Marine Le Pen arrive en 3ème position. Les bien-pensants sont outrés. Comment Marine Le Pen peut-elle avoir un tel score?! J’ai pu lire que certains avaient honte de ce résultat. La presse nous présente les électeurs du front National comme des personnes illettrées  qui n’ont pas beaucoup de ressources, de manière générale.

Marine Le Pen

Ma question est: pourquoi se permet-on de dénigrer un parti et ses électeurs de cette façon là? Il me semble que tous les partis, quel qu’ils soient, ont le droit de s’exprimer et de présenter leurs idées. Elles peuvent ne pas plaire à certains, certes. Mais cela autorise-t-il les médias à donner une image négative des votants et à les culpabiliser? Soit on les présente de façon grotesque (idiots et pauvres) soit le vote « Le Pen » est un vote contestataire. Je ne suis pas là pour défendre le parti du Front National. Seulement je remarque un parti pris des médias. En effet, je n’ai pas souvent eu l’occasion de lire des remarques négatives sur les personnes votant Front de Gauche. Pourtant il s’agit d’extrême. La « bonne parole » n’est pas gauchiste. Au lieu de jeter des pierres au votants, peut-être devrions nous commencer par les écouter. Car s’il s’agit bien de votes contestataires, 20% de la population ont des revendications à faire…

Pourquoi les extrêmes rassemblent

Le statut Facebook de l’une de mes amies m’a fait réagir aujourd’hui. Elle s’offusquait du fait que d’après ses sources (je n’ai pas vérifié et ce n’est pas le propos), 1/4 des jeunes étaient prêts à voter Le Pen.

Si ces chiffres sont exacts, moi ce qui me choque, ce n’est pas que ça soit pour Le Pen. Mais plutôt la proportion de jeunes qui se retrouvent dans des pensées extrémistes. Et la réciproque est vraie pour l’extrême gauche avec Mélenchon qui gagne de plus en plus de voix. Alors pourquoi cet engouement pour de tels partis? Qu’apportent-ils en plus?

Affiche de campagne présidentielle de Marine Le Pen

Tout d’abord, je pense qu’ils proposent un changement radical. Et c’est exactement ce que souhaitent la plupart des jeunes. Ils sont les premiers touchés par le chômage ou les emplois précaires.  On ne demande pas leur avis. Personnellement je rigole quand je lis qu’on attend des actions de la génération Y. A part subir les conséquences des générations antérieures, ils ne peuvent pas faire grand chose! Et ceci vaut pour les actions dans l’écologie, sur le plan des inégalités femme/homme et entre milieux sociaux ou encore dans la façon d’envisager le futur de la France. Car les bonnes volontés sont freinées par ceux qui détiennent le pouvoir, et à ma connaissance il n’est pas détenu par la génération Y. Je ne suis pas sûre que le changement proposé corresponde exactement à leur souhait, mais on ne reste pas sur le même schéma qui a montré ses lacunes.

Alors droite ou gauche, pour moi le vote extrême dénonce un vrai malaise et un raz-le-bol général. Depuis la crise, mon amie citée plus haut me l’a judicieusement fait remarquer, les gens sont devenus plus individualistes. A droite on vend une France qui retrouve une identité patriotique et qui rassemble. A gauche, on suggère un « Prenez le pouvoir » qui invite à travailler ensemble pour prendre le pouvoir. Et si finalement, les jeunes rêvaient juste d’un pays où on vit ensemble et non pas chacun de son côté? On peut les traiter d’utopistes, mais leur possible choix aux élections montre cette envie réelle.

Affiches de campagne présidentielle de J.L Mélenchon

Pour conclure, voter Le Pen ou Mélenchon ne me choque pas. Mais, d’après moi, ce genre de votes ressemble davantage à un signal d’alarme plutôt qu’à une vraie envie de « tout casser ».

 

 

 

Financez moi!

02/04

Je lisais tranquillement mon journal gratuit, Direct Matin, quand j’ai failli m’étouffer. Je n’ai pas avalé de travers ou trébuché. J’ai juste lu un article qui parlait du financement des campagnes présidentielles.

Explications: L’article en question parle du candidat Bayrou qui souhaite mettre des limites au financement, notamment venant des particuliers. Ce qui semble au premier abord honorable, m’a finalement fait bondir. En effet, Bayrou voudrait limiter les dépenses de campagne à 10 millions d’euros. Le plafond actuel est de 16.851 millions pour les candidats au 1er tour et de 22.509 millions pour ceux du 2nd.

On peut dire qu’il y a 5 candidats sérieux (du point de vu des sondages et donc des dons): N. Sarkosy, F. Hollande, F. Bayrou, M. LePen et J-L. Mélenchon. Si chacun de ces candidats utilisent 16 millions (pour arrondir), on arrive à 80 millions d’euros utilisés seulement pour la campagne présidentielle. Et je pense être assez loin du compte, car tout ceci est « officiel ». Ces chiffres me font tourner la tête.

Mais essayons d’aller plus loin. Si des particuliers ou des entreprises misent autant d’argent sur un candidat, c’est qu’ils espèrent un juste retour. Avec des chiffres pareils, je n’arrive même pas à imaginer combien…

affiche de campagne présidentielle de N. Sarkosy

De plus, Bayrou propose le remboursement intégral par l’État des dépenses engendrées pour les candidats ayant obtenu plus de 5% des voix. L’état rembourse, pour le moment, 50% des dépenses retracées dans le compte de campagne des candidats ayant obtenu au moins 5%, et seulement 1/20ème pour les autres. Avec cette mesure, Bayrou veut « atténuer les inégalités entre les candidats ». On est donc bien dans une campagne de communication et non d’échange de points de vue. Car il le reconnait en proposant ceci, un candidat ne gagne que s’il a assez de moyens pour être visible du plus grand nombre et leur apporter sa « bonne voix ».

Meeting de F. Bayrou

Certains coûts sont d’emblée pris en charge par l’État, quelque soit le score final du candidat, et n’intègrent pas les comptes de campagne. Il s’agit de l’impression, des frais de transport et de collage des affiches officielles, ainsi que de l’impression et des frais de transport des professions de foi.

Affichage de F. Hollande

En pleine période de crise, est-il raisonnable de dépenser autant d’argent pour une seule campagne électorale? Les Français doivent se serrer la ceinture, mais pas les politiciens. Ils nous promettent plus d’argent (pour certains) ou plus de sécurité (pour d’autres) mais ça ne les empêche pas de dépenser allègrement l’argent de l’État. Alors sommes-nous vraiment en période de crise ou bien utilisons-nous des ressources que nous ne possédons pas? Ces chiffres sont disponibles facilement, rien n’est caché concernant les dépenses effectuées par l’État pour cette campagne. Il me semble que François Bayrou a raison sur un point: nous devons donné les mêmes chances à tous les candidats. Mais pas au niveau de l’argent donné, plutôt sur la forme. Il faut que les candidats aient la même exposition médiatique et que cette dernière soit moins forte. On arrive souvent aux élections avec soulagement, trop de politique a tendance à dégouter les électeurs.

Les Français sont sondés

Pas un jour, depuis le début de la campagne présidentielle, sans qu’on nous parle de sondages à la télévision, dans les journaux, à la radio ou sur le Net. Les Français sont sondés tous les jours, d’après ce que l’on voit, sur leur intention de votes. Et les résultats sont présentés comme révélateur de la pensée de millions de Français. C’est bizarre, moi on ne m’a jamais demandé mon opinion? Vous, oui?

Quand on suit la courbe d’évolution des intentions de votes, on remarque que les Français sont de vrais girouettes. Il suffit d’un évènement mineur pour que le candidat préféré le soit moins. On oscille gentiment entre la droite et la gauche. Les français n’ont-ils pas de conviction profonde? Je veux bien croire que certains soient dégoutés de la politique actuelle, mais de là à changer de façon de voir… Alors les sondages sont-ils vraiment représentatifs de la pensée française? A-t-on vraiment besoin de connaitre au jour le jour quel candidat a les faveurs (éphémères?) des Français? Moi je ne comprends pas comment on peut se baser autant sur ces sondages. Par exemple, avant le 19 Mars 2012, on parlait de temps de parole équilibré entre les candidats. Or ils n’avaient pas tous le même temps pour s’exprimer. Celui-ci était calculé en fonction des résultats des sondages. Cela privilégie forcément certains candidats au détriment des autres. Est-ce normal?

Sondage réalisé le 28 Février par Ipsos

De plus, je pense que ces enquêtes influencent le choix des français. En effet, si l’on voit que son candidat perd des points dans les sondages, on peut se dire qu’il vaut mieux voter utile et donc changer son vote pour un candidat qui a plus de point mais qui fait parti de la même sensibilité politique. Mais son choix ne correspond plus à ses convictions.

Enfin, voir que le candidat que l’on a choisi, en tête des sondages, peut donner un sentiment de « déjà gagné » qui dissuade d’aller voter. Pourtant rien n’est gagné avant le résultat des votes. Ne pas savoir permet une stimulation pour donner toutes les chances au parti choisi de gagner. Une façon d’éviter l’absentéisme des personnes sûres de voir leur candidat gagner?

Il me parait donc important de voter pour le candidat qui réunit nos idées sur la façon de gouverner, même si ce candidat est annoncé gagnant ou au contraire vaincu.