Archive | septembre 2012

La vérité économique des OGM

Depuis l’étude sur les OGM sortie récemment, la France n’a jamais eu aussi peur de ces Organismes Génétiquement Modifiés. Pourtant je pense que beaucoup ne savent même pas ce que c’est concrètement ni même quels en sont les intérêts. Il est donc facile de les influencer avec une expérience qui est clairement orientée pour obtenir les résultats visibles sur cette photo:

Avant de parler des biais connus de cette étude, j’aimerais juste faire un point sur ce que sont les OGM. Prenons l’exemple du maïs. La plante naturelle est souvent envahie de parasites tels que la pyrale. Il s’agit d’une chenille qui creuse des galeries dans les tiges et les épis. Cet insecte est sensible à la toxine Cry1Ab naturellement produite par une bactérie qui stoppe l’activité digestive de cet insecte et donc le tue. Les chercheurs ont donc inséré dans le génome du maïs un gène qui code la production de cette toxine. Ainsi le pied de maïs se défend par lui-même. Il est à noter que cette toxine n’a pas d’action sur les autres organismes, si ce n’est les chenilles des autres espèces et que seules les parties vertes en produisent. On peut également ajouter un gêne qui rend le maïs insensible aux herbicides, afin de traiter le champ contre les mauvaises herbes sans endommager la culture. Nous obtenons donc un maïs qui produit une toxine inoffensive pour l’Homme et qui est résistance aux herbicides.

Maintenant que nous avons défini ce qu’est un maïs OGM, essayons de comprendre pourquoi certains agriculteurs sont contre sa culture. Tout d’abord, le fait de tuer les chenilles sensibles à la toxine, a favorisé le développement des chenilles insensibles. Ainsi il devient plus difficile de les tuer. Malheureusement ceci est le cas de tous les pesticides. Il faut sans cesse innover pour arriver à se débarrasser des nuisibles qui deviennent de plus en plus résistants. Bien sûr il existe des alternatives plus écologiques qui prônent la rotation des cultures. Mais devant la demande grandissante, notamment en viande puisque le maïs est destiné en priorité aux animaux,  le rendement sera-t-il suffisant? Une agriculture biologique devra aller de pair avec une consommation intelligente. Pourtant on en est loin…

Voilà pour les arguments classiques. Il en existe pourtant d’autres qui sont purement économiques. Tout d’abord il faut savoir que quand un agriculteur achète des graines OGM (qui proviennent d’un très grand groupe avec un immense lobbying), il n’en devient pas propriétaire. Il ne peut les céder à un tiers et elles sont souvent stériles, afin qu’il en rachète l’année d’après. De plus, si lors d’un contrôle ce grand groupe s’aperçoit que le voisin de cet agriculteur a des pieds de maïs OGM mais qu’il n’en a pas acheté, la société a le droit de lui réclamer l’arrachage des pieds en question. Ce maïs reste la propriété de l’entreprise! Or il est facile au pollen de s’envoler à quelques kilomètres pour ensemencer un champ voisin. Enfin ce champ peut être certifié bio, donc sans OGM et être contaminé.

Nous sommes donc dans une logique purement économique, et non sanitaire.

Parlons maintenant de l’étude citée plus haut. Elle a été financé en partie par de grands groupes, tels que Auchan ou Carrefour. Notons que Carrefour a fait de sa lutte anti-OGM sont crédo depuis 15 ans. Merci à eux de penser à nous et à notre santé (et à leur porte-monnaie). Pour faire une étude qui soit la plus exacte possible, il faut un minimum de cobayes qui sont ici des rats. Ils en ont utilisés 200 alors qu’il en aurait fallu 1000. Cela implique une augmentation des incertitudes. De plus, ils ont utilisés une espèce de rats qui a une tendance naturelle à développer des tumeurs mammaires. Enfin, ils leur ont donné à manger du maïs OGM qui a été arrosé au Roundup. Pour résumer, ils ont donné à des rats facilement malades du poison pendant 2 ans. La durée de vie des rats est de 2.5 à 3 ans. Les résultats vous étonnent-ils toujours autant? On ne peut pas incriminer le maïs OGM comme principal responsable de ces tumeurs. Les facteurs environnementaux influencent hautement leur développement. De plus, si l’effet du Roundup sur le maïs veut être tester, il faut tenir compte du fait que nous le « consommons » par le biais de la viande ou du lait principalement. Les quantités sont donc nettement inférieures à celles testées.

Cet article n’a pas pour but de défendre la production de maïs OGM mais simplement de restituer les choses à leur place. Même si la culture de ce maïs n’est pas autorisé en France, nous en consommons par l’importation, qui elle, est autorisée. Alors arrêtons l’hypocrisie et allons au bout de notre raisonnement: autorisation ou interdiction totale.

Publicités

Célibataire trentenaire cherche âme soeur

Il existe un âge clé dans notre vie, un âge qu’il est difficile de passer car il nous fait faire un bilan sur notre jeune vie. Il s’agit bien sûr de la trentaine. A 20 ans tout est encore possible. A 30 ans, nous pensons qu’il est temps de consolider ce que nous avons commencé. Et en particulier notre relation amoureuse. Si cette étape est facile pour certains, pour d’autres c’est le parcours du combattant. Pourquoi est-ce plus compliqué à 30 ans qu’20 ans? J’ai personnellement quelques idées sur la question…

Kooples ou la marque qui rend le couple glamour

Tout d’abord, notre société a changé et les trentenaires d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’autrefois. Élevés par des parents plus souples, ils savant qu’ils peuvent compter sur eux à chaque instant. Même après avoir quitté le nid familial, ils gardent un lien fort avec leur famille. La crise a semble-t-il, augmenté ce phénomène. Je suis la première à l’avouer, avoir des parents prêts à m’aider à chaque soucis me rend indépendante des autres, d’une certaine façon. Ainsi je n’ai plus « besoin » d’être en couple pour avancer. Et cette liberté n’a pas de prix… Pour emménager à 2, il faut la sacrifier et compter sur l’un sur l’autre. Pas facile!

De plus, quand on a vécu seul longtemps, on prend de petites habitudes. Notamment celle de sortir quand on veut sans avoir à prévenir qui que ce soit. Quand il faut expliquer qui on va voir, à quel endroit et à quelle heure on compte rentrer, on a l’impression de redevenir un adolescent devant ses parents. Cela a quelque chose de régressif.

J’ai pu remarquer qu’il existait deux types de célibataires désireux de trouver l’âme sœur:

  • Ceux qui n’ont aucune confiance en eux et qui ne se pensent pas être suffisamment bien pour plaire.
  • Ceux qui sont trop exigeants envers les potentiels et qui idéalisent leur partenaire.

Bien sûr qu’il ne faut pas prendre la première personne qui passe et qui ne dit pas non. Mais des fois en essayant, en laissant une chance aux gens, on se rend compte qu’on a plus d’affinités qu’on ne pensait. Et surtout il faut y aller doucement. L’engagement faut peur! Certaines personnes donnent l’impression qu’elles vont vous demander votre main le lendemain de la rencontre. Flippant…

Le dernier facteur non négligeable, est biologique. A 30 ans, si une femme n’en a pas déjà, elle pense à avoir des enfants. Et donc cherche un père! Le problème est que, avant d’envisager de faire des enfants, il faut se connaitre un minimum. Or cela fait peur aux hommes car il s’imagine que la femme va vouloir engendrer une progéniture tout de suite. Mais l’inverse est également vrai. Je connais des hommes prêts à avoir des enfants mais qui ne trouvent pas de compagnes. Enfin, assumer les enfants d’un autre implique davantage de concessions.

En résumé, on nous dit que les couples tiennent de moins en moins longtemps mais on ne parle pas de la difficulté de trouver un compagnon. Les sites de rencontre sont peut-être une solution pour les timides mais il faut avoir du courage pour enchainer les rencontres qui peuvent être très décevantes. Et tout le monde n’a pas l’énergie de sortir tous les week-end pour rencontrer de nouvelles personnes. Trouver quelqu’un avec qui l’on a envie de construire quelque chose n’est pas chose aisée, surtout quand la pression devient plus pressante à cause des années qui passent.

P.S: Je monterais bien une agence matrimoniale moi!